Affaire Fibre optique : mise au point du ministre Léon Juste Ibombo

 Affaire Fibre optique : mise au point du ministre Léon Juste Ibombo

Le ministre des postes, télécommunications et de l’économie numérique, Léon Juste Ibombo, nous a fait parvenir la mise au point suivante:

 » Yao Corp S.A, filiale de Silicone Connect, a obtenu la concession du réseau fibre optique aérien au terme d’une consultation restreinte et rigoureuse, à laquelle ont pris part des entreprises concurrentes dont une française. C’est donc sur la base de son expertise et de son plan de développement que cette concession lui a été accordée. Elle a, par conséquent, payé son ticket d’entrée, d’un montant de 200 millions de FCFA, auprès de la direction générale du trésor.

Faut-il, pour votre gouverne, préciser que Mab services, une société congolaise qui était quasiment nantie d’un contrat de même nature au Gabon, n’avait pas payé un seul franc, au titre du ticket d’entrée dans ce pays frère.

Sur un plan purement technico- financier, seuls 2 bras sur 24 sont actuellement utilisés par le réseau fibre optique aérien de Congo Télécom. Ceux que va exploiter le concessionnaire ne sont pas la propriété de Congo Télécom.

Par conséquent, il n’y aura aucune perte de recettes au niveau de la comptabilité de Congo Télécom, comme cela est abusivement relayé. Il convient de noter que le secteur des télécommunications a été libéralisé au Congo. Fini avec le marché monopolistique. Il faut bien que de nouveaux investisseurs arrivent pour que s’exerce une concurrence pure et parfaite.

Congo Télécom ne devrait donc pas redouter la concurrence.

Le business plan du concessionnaire, que je vous invite à venir consulter à mon bureau, prévoit 100 emplois directs et 1000 emplois indirects. Une aubaine en ces temps de sécheresse à Brazzaville… »

Toutes ces bonnes réponses suscitent cependant, monsieur le ministre, quelques questions et observations.

Tout en reconnaissant la priorité à accorder, dans le cas d’espèce, aux investisseurs privés nationaux, pourquoi n’avoir pas lancé un appel d’offres relayé par des médias nationaux et internationaux pour retenir la meilleure offre technique et financière? Juste pour une question d’image du pays à l’international. Ce n’est pas une consultation restreinte qui est recommandée en pareilles circonstances.Les concessions du port autonome de Pointe- Noire, de la nationale 1(Brazzaville-Pointe-Noire)…,ont fait l’objet d’un appel d’offres international lancé par la Delagation générale aux Grands travaux.

Pourquoi avoir exclu du process le ministère de l’Aménagement du territoire, gestionnaire de la fibre optique au Congo?

Des mauvaises langues et ragots de Brazzaville s’y mêlent pour évoquer une virtuelle histoire de cadeaux qui auraient été offerts pour formaliser ce contrat. Pas sûr que ce soit vrai! Voudriez-vous nous en dire davantage?

Un conseil à titre personnel, on aurait dû anonymer le nom patronymique du concessionnaire par un prête nom pour entretenir le culte du secret et lui épargner le buzz auquel on assiste sur les réseaux sociaux. D’autant que le concessionnaire n’est pas n’importe qui.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.