Affaire Guy Brice Parfait Kolelas : bagarre entre combattants chômeurs de Paris

 Affaire Guy Brice Parfait Kolelas : bagarre entre combattants chômeurs de Paris

Après le préalable dans l’affaire du disparu Guy Brice Parfait Kolelas à l’Institut médico-légal, faisant suite à une assignation du 23 décembre dernier de la veuve Nathalie Kolelas demandant à faire  comparaître, le 7 janvier, les enfants et la famille de son époux, l’audience en référé s’est finalement tenue le10 janvier à 10 h 30, au tribunal de Bobigny, dont le délibéré sera donné le 14 janvier.

Au demeurant, le parquet de Bobigny avait rendu compte de l’enquête qu’il avait automatiquement ouverte à la suite du décès constaté, à 1 h 40, alors que l’avion qui transportait Guy Brice Parfait Kolelas depuis Brazzaville avait atterri à 1 h 35 à l’aéroport de Paris-Le Bourget  le lundi 22 mars.

L’autopsie réalisée le lendemain 23 mars avait conclu « à une insuffisance cardio-respiratoire due à une pneumopathie diffuse sévère bilatérale compatible avec la constatation médicale congolaise de la covid-19, la contamination au virus Sars-Cov-2 étant confirmée par la virologie moléculaire », mentionnait le communiqué rendu public et, par ailleurs, abondamment partagé sur les réseaux sociaux à l’époque.

Désormais, dans cette affaire, rappelons qu’il y a deux volets : le premier concerne ceux qui se battent pour l’éclat de la vérité. Parmi eux, une des sœurs du disparu dont la plainte du 8 juillet 2021 avait été classée sans suite par le parquet de Bobigny  et décision de justice transmise à la famille le 24 juillet. La saga judiciaire amorcée, elle s’est déportée depuis à l’Institut médico-légal de Paris où la veuve semblait avoir obtenu les obsèques de son époux pour le 6 décembre de l’année dernière. Cette procédure avait été contestée par la partie adverse s’opposant aux obsèques en l’état.

S’en était suivi le rendez-vous du 7 janvier. Prise de court, la partie adverse a obtenu un bref renvoi. Son avocat, Laurent Caruso, estime que cette procédure est en opposition avec la volonté des enfants et de la famille. Il trouve que cette précipitation met des entraves à l’obtention de réponses à une série de questionnements dont le principal serait : « qu’est-il arrivé au juste à Guy Brice Parfait Kolelas ? ». Le tribunal rendra son verdict le jeudi 14 janvier.

En marge de l’audience, une altercation a opposé les partisans de la veuve, menés par Rostel Bakoua, et ceux de la famille, menés par Faye Monama. De part et d’autre, des plaintes ont été déposées et cela suppose une vraisemblable ouverture d’informations supplémentaires.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.