Affaire Sounda : deux fils et un neveu de Sassou, les véritables patrons de l’entreprise « First Republic Resources »

 Affaire Sounda : deux fils et un neveu de Sassou, les véritables patrons de l’entreprise « First Republic Resources »

On en sait un peu plus sur l’identité des véritables responsables de la société chinoise qui a eu le marché sur l’exploitation des minerais sur le site du barrage de Sounda. Il s’agit des deux enfants et d’un neveu de Denis Sassou Nguesso qui ont placé des Chinois à la tête de cette entreprise écran au nom de First Republic Resources. Ces rejetons du chef de l’État ont contraints les autorités politiques du Kouilou de délivrer des autorisations express afin que leur société démarre l’exploitation au mépris de l’avis du sous préfet de Kakamoeka et autres. L’anarchie qui caractérise la famille présidentielle dans sa volonté de tout piller au Congo.

Il a fallu que les populations de Kakamoeka et Sounda lèvent le ton pour que l’opinion apprenne le massacre écologique que s’apprêtait à perpétrer deux fils et un neveu de Denis Sassou Nguesso sous le parapluie d’une société chinoise. Tellement ils aiment voler dans le silence qu’ils ont eu peur de s’afficher croyant être à l’abri. Tout se passe avec la complicité avec le député de la contrée en contrepartie de quelques grammes d’Or de temps en temps et de quelques villageois vendus à l’instar de Jean Poaty.

Déjà le 17 Mai dernier, le sous préfet de Kakamoeka, Marcel Kibouanga transmettait au préfet du Kouilou ses vives inquiétudes sur cette concession dans une note de service. Ce qui n’a pas empêché le dit préfet de signer une note autorisant la circulation des véhicules de la fameuse société Chinoise First Republic Resources le 3 Juin. Paul Adam Dibouilou n’est qu’un garçon de courses incapable de s’opposer aux rejetons du chef de l’État.

Toute la chaîne autoritaire du Kouilou a donc donné le feu vert à cette entreprise de démarrer ses travaux sur le site du barrage de Sounda. Ayant eu vent de cette démarche, les autochtones tiennent de multiples où ils décident de tout faire pour stopper cette agression écologique et culturelle.

Les mêmes Chinois sont déjà reprochés d’avoir tout pollué et détruit à Kakamoeka et les laisser faire autant à Sounda serait d’une passivité impardonnable. Des députés du Kouilou sont interpellés bien que parmi eux nombreux ne sont que des traîtres au service des enfants Sassou Nguesso.

Malgré les initiatives pacifiques pour faire arrêter ce projet, les riverains décident aussi d’user de la force en empêchant les engins Chinois de se mettre en marche. Les populations affluent sur le site et médiatisent leur angoisse et colère. Les réseaux sociaux relaient le grand scandale écologique que deux enfants et un neveu de Sassou Nguesso sont prêts à commettre oubliant que leur père fait le tour du monde pour défendre le bassin du Congo.

Les populations accusent le député de Kakamoeka Mabiala Alexandre d’avoir été mis dans la poche par les Chinois. Car il n’a jamais défendu la destruction écologique perpétrée par eux dans sa localité en contrepartie de quelques grammes d’Or. Quant au préfet du Kouilou Paul Adam Dibouilou, il se dédouane par les limites de son pouvoir. Les populations du Kouilou qui disent trop c’est trop ont décidé cette fois -ci de se prendre en charge pour défendre leur culture et contrée.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.