Affrontements entre groupes armés à Tripoli

 Affrontements entre groupes armés à Tripoli

Aucun bilan n’est disponible pour le moment et on ignore le motif de ces affrontements. De violents affrontements entre groupes armés ont éclaté dans la nuit de vendredi à samedi dans la capitale libyenne Tripoli (ouest), sur fond de crise politique majeure dans ce pays plongé dans le chaos depuis plus d’une décennie.

Des échanges de tirs nourris et des déflagrations ont retenti dans plusieurs quartiers de Tripoli, a constaté un journaliste de l’AFP, alors que des images diffusées par la presse locale montraient des civils en panique pris au milieu des tirs dans une zone très fréquentée de la capitale.

Les combats, d’une grande intensité, ont opposé deux influentes milices de l’Ouest libyen, selon des médias locaux.

Aucun bilan n’était disponible dans l’immédiat et on ignore le motif de ces affrontements, qui demeurent symptomatiques du chaos auquel la Libye est en proie depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, mais aussi des tensions en cours entre groupes armés de la Tripolitaine.

Ils surviennent environ trois semaines après la tentative avortée d’un Premier ministre rival, Fathi Bachagha, soutenu par le Parlement et par l’homme fort de l’Est Khalifa Haftar, de s’emparer du pouvoir à Tripoli, siège du gouvernement intérimaire dirigé par Abdelhamid Dbeibah. Ce coup de force manqué avait déjà été accompagné de plusieurs heures de combats en plein coeur de la capitale.

M. Bachagha avait été investi par le Parlement basé dans l’Est en mars mais fait face au refus de l’exécutif en place de céder le pouvoir avant la tenue d’élections.

Mis sur pied début 2020 sous l’égide de l’ONU, le gouvernement de M. Dbeibah avait pour principale mission d’unifier les institutions divisées dans l’Est et l’Ouest et d’organiser des élections présidentielle et législatives en décembre dernier.

Le double scrutin, pourtant crucial pour l’avenir du pays, avait été reporté sine die, sur fond de divergences persistantes sur sa base juridique, et aucun accord ne semble actuellement en vue pour sa tenue, malgré l’insistance de la communauté internationale.

Dans ce chaos politico-institutionnel, la situation sécuritaire dans le pays nord-africain demeure très précaire.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.