[Analyse ] :Merci pour rien !

 [Analyse ] :Merci pour rien !

Depuis la nuit des temps, présenter les vœux pour une nouvelle année est un rite qui permet de tricoter le lien social. Cet échange de bons procédés qui veut simplement dire « je pense à toi et je te veux du bien » matérialise l’intérêt que l’on porte à l’autre.

Malheureusement, quand ce souhait est prononcé par un homme qui a rompu depuis des lustres le lien qui nourrit la fraternité et la solidarité entre lui et ses concitoyens, l’intérêt réciproque laisse place au ressentiment et à la haine.

Il est méprisant et cruel de présenter des vœux de santé à une population qui ne dispose même pas d’un système de santé capable d’apporter une réponse aux pathologies les plus bénignes. Aussi, souhaiter le bonheur et la prospérité à des femmes et des hommes qui vivotent et végètent dans un champ de malheur, sans pension pour les uns et sans bourse pour les autres, est une insulte et un crève-cœur pour ces derniers.

Mais, au-delà de tous ces mots hypocrites qui sonnent comme de véritables outrages à l’intelligence collective, on continue à piller le pays pour satisfaire les vices d’un sultan, aux yeux et à la barbe d’une presse locale qui par peur des puissants, se mure dans un silence coupable. Insidieusement, le pays glisse vers des nouvelles mœurs. Des nouveaux amateurs vivant cela comme le nec plus ultra vont s’installer bientôt à leur tour dans ce jeu minable où richesse illicite et débauche signalent une décadence qui saborde tous les principes moraux.

Ceci étant, l’impossible turn-over à la tête de notre pays ne permettra pas de réparer les grandes injustices qui pénalisent notre peuple.

Aussi, ce ne sont ni les fausses mesures, ni la propagande des fan-clubs à la solde du sortant et encore moins le projet de société aussi affriolant soit-il, qui effaceront les blessures causées par les ronces du temps et le temps passé par les nôtres dans les confessionnaux lugubres des canailles de la République.

Que les congolais soient mal lunés, cela importe peu pour eux. De toute façon, dans un pays où on n’en est pas à un scandale près, les feux d’artifices et les paillettes seront toujours à l’ordre du jour de ces chenapans assumés.

Dieu n’a pas battu le diable, il l’a vaincu. Notre rêve n’est pas de battre M. Sassou Nguesso mais de vaincre les comportements déviants et les antivaleurs. C’est le sens que nous donnons à notre combat pour l’alternance apaisée que nous appelons de nos vœux.

Ne jamais oublier que le tendon d’Achille du diable est qu’il ne peut pas vaincre la faiblesse. Il sera toujours désarmé face à l’humilité et au don de soi. C’est la réflexion que nous mettons à votre disposition pour cette année 2021.

Au sujet de la bible, l’ancien testament a été écrit en hébreu avec quelques passages en araméen, le nouveau testament a été écrit en grec, à nous de trouver la langue et les mots pour écrire les nouvelles pages de l’histoire de notre pays.

Que Dieu bénisse le Congo.

Laurent DZABA
Président du Mouvement Panafricain et Citoyen

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.