Attaque de Rutshuru : « ce sont des gens qui viennent du Rwanda, nous avons signalé cela depuis longtemps » (autorité locale)

 Attaque de Rutshuru : « ce sont des gens qui viennent du Rwanda, nous avons signalé cela depuis longtemps » (autorité locale)

Les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) confirment que les combattants du M23 défaits lundi dans le groupement de Jomba (Rutshuru) ont bien traversé la frontière du Rwanda. Jackson Achuki, chef du groupement de Jomba indique que le calme est revenu dans son entité ? Selon lui, plusieurs alertes ont été précédemment données pour signaler les mouvements d’hommes armés en provenance du Rwanda.

« La situation est redevenue à la normale, l’armée a pris toutes les positions dont Chanzu et Mbiza. Ces bandits ont fui. L’armée est intervenue à temps, on a chassé l’ennemi, il a traversé la frontière, on l’a chassé hors du territoire national. Ce sont des gens qui viennent du Rwanda, nous avons signalé cela depuis longtemps », a dit à ACTUALITE.CD le chef du groupement de Jomba.

Cette autorité locale a indiqué lundi que les assaillants sont bien venus du Rwanda pour attaquer les positions des FARDC.

Le Rwanda a réagi en accusant à son tour l’Ouganda qui, d’après lui, héberge les combattants M23.

« L’ex-groupe M23 en question n’a pas cherché refuge au Rwanda lors de son retrait de la RDC en 2013, mais a été basé en Ouganda, d’où cette attaque est originaire, et où le groupe armé s’est replié (…). Toute information, dans les médias ou par des responsables de la région, selon laquelle l’ex-groupe armé M23 serait originaire du Rwanda ou s’est retiré au Rwanda, est une propagande visant à saper les bonnes relations entre Rwanda et RDC », dit l’Armée rwandaise dans un communiqué.

L’état-major général des FARDC a, dans un communiqué lundi, déploré que cette nouvelle agression intervienne alors la RDC « s’est engagée dans la phase de mutualisation des forces avec les pays voisins pour la normalisation des relations en vue d’améliorer la situation sécuritaire dans la sous-région pour une paix durable et un développement harmonieux de nos Etats ».

L’armée congolaise dit prendre des dispositions pour anéantir de manière définitive la rébellion du M23.

Contexte

En 2013, plus d’un millier de combattants M23 avaient été défaits sur la colline de Chanzu mettant fin à l’activisme de cette rébellion sur le sol congolais. Ces combattants avaient traversé au Rwanda pour les uns, et en Ouganda pour les autres. Dans ces deux pays voisins, les anciens M23 étaient cantonnés dans des camps et finalement, la plupart parmi eux étaient retournés au maquis dans le Rutshuru. Ils avaient tenté une nouvelle fois l’aventure militaire. Des affrontements les avaient opposés à l’armée congolaise dont deux hélicoptères étaient abattus dans la région. Les militaires et membres d’équipage de ces appareils étaient torturés et abattus par le M23.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.