Bassin du Congo : restaurer 35 millions d’hectares de forêts en dix ans

 Bassin du Congo : restaurer 35 millions d’hectares de forêts en dix ans

Le deuxième poumon écologique de la planète s’est engagé, dans le cadre de la Décennie des Nations unies, à rétablir ses paysages forestiers susceptibles de produire de gigatonnes de CO2.

Le challenge est lancé par sept pays de la sous-région, dont la République du Congo assure la présidence de l’institution Fonds bleu pour le Bassin du Congo. La promesse de reconstituer 35 millions ha de forêts représente, d’après une étude onusienne, 24% des engagements mondiaux et 28% des engagements des pays africains.

La mise en œuvre de cet engagement correspond à des bénéfices potentiels, car les investissements dans la restauration des forêts du Bassin du Congo, s’ils sont réalisés, pourraient se traduire par 11 milliards de dollars (5,9 mille milliards FCFA) en bénéfices économiques et à 3,37 gigatonnes de CO2 en bénéfices climatiques. Les experts expliquent que pour chaque investissement dans la restauration des forêts dégradées, les pays de la sous-région peuvent gagner en contrepartie de 7 à 30 fois plus de bénéfices économiques.

Les investissements dans les solutions fondées sur la nature peuvent être utiles ; puisqu’ils créent généralement des emplois peu qualifiés et à mise en œuvre rapide – en moyenne, entre 7 et 40 emplois par million de dollars investi. Mais si le Bassin du Congo investit réellement dans le challenge de Bonn, l’Afrique centrale gagnera plus d’avantages comparatifs majeurs pour la régulation climatique, presque le double des investissements du Fonds vert climat.

À ce jour, le Fonds vert pour le climat a engagé 8,4 milliards de dollars US de financement pour un avantage climatique : 1,8 milliard de tonnes anticipées d’équivalent CO2 évitées. La sous-région est appelée à renforcer sa participation dans le cadre du prochain Global Landscape Forum, – un forum multipartite dédié à la promotion de l’approche paysagère- qui va se focaliser particulièrement sur l’Afrique.

« Revenir, Stopper et inverser la dégradation des écosystèmes dans le monde entier », c’est le principal thème de la Décennie des Nations unies pour la restauration des écosystèmes lancée le 5 juin dernier en marge de la Journée mondiale de l’environnement. Ce challenge se présente comme un cri de ralliement mondial pour guérir la planète.

Il faut savoir que dans le cadre du Défi de Bonn ou « Bonn Challenge », l’Afrique a pris l’engagement de restaurer 100 millions d’hectares de terres d’ici à 2030.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.