Comment l’argent volé des retraités a fait d’un toto demi dieu

 Comment l’argent volé des retraités a fait d’un toto demi dieu

La vérité sur les détournements et extorsions de fonds à la CNSS. Une affaire de corruption qui implique les plus hautes personnalités du pays.

Tout est parti d’une enquête diligentée par le ministère de l’intérieur. Cette enquête révélait qu’un certain David OBOMA, agent comptable à la CNSS, versait depuis des années des sommes considérables à des particuliers sans raison. Ce dernier a donc été convoqué au ministère de l’intérieur. Il avoue lors de cet interrogatoire que depuis 2016, il verse 180 millions de FCFA par mois au lieutenant Lionel Rény EYOKA MIKIA et que depuis 2020, 250 millions mensuel sont versés tous les mois à Gildas AMBENDET NGUESSO, neveu de Denis SASSOU NGUESSO.

Ces détournements de fonds ont vu le jour suite au chantage orchestré par le lieutenant EYOKA MIKIA. Celui-ci avait découvert que David OBOMA était l’auteur de plusieurs surfacturations dans sa tenue des comptes de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale. Le lieutenant, usant de son statut d’officier a menacé David OBOMA de le dénoncer sauf s’il lui versait un revenu. Ils sont donc tombés d’accord sur le montant de 180 millions par mois.

En 2020 Gildas AMBENDET NGUESSO a lui aussi découvert que ce monsieur David OBOMA détournait de l’argent au profit du lieutenant EYOKA MIKIA. Usant de menaces comme il en a l’habitude, le neveu de Denis SASSOU NGUESSO a exigé que lui soit versé un « salaire » de 250 à 300 millions par mois.

En passant aux aveux, David OBOMA, a cité d’autres personnalités politiques et militaires du pays mêlées à cette sordide affaire comme le colonel Côme BADIABANTOU, DRH de la Police Nationale ainsi que plusieurs autres personnes… Notons que David OBOMA dans sa position de gestionnaire de la caisse des retraites avant la paie avait un accès quasi exclusif aux fonds destinés aux retraités.

Suite aux aveux de monsieur OBOMA, les enquêteurs ont procédé à des arrestations. Des biens immobiliers du lieutenant EYOKA MIKIA ont été saisis au Congo. Ce dernier s’est réfugié en France avant que l’affaire n’éclate et refuse de rentrer au Congo. Seulement un deux poids deux mesures est constaté dans l’instruction de cette affaire. Depuis l’énonciation du nom du colonel BADIABANTOU et de Gildas AMBENDET NGUESSO l’enquête piétine. De sources proches du dossier, Evariste ONDONGO, Directeur Général de la CNSS, a proposé au ministre de l’intérieur Raymond Zéphirin MBOULOU 3 milliards pour garder le silence. Ceci expliquant pourquoi ni le colonel BADIABANTOU, ni Gildas AMBENDET NGUESSO n’ont été interpellés. Aujourd’hui le ministre veut mettre un terme à cette enquête. 3 milliards, le prix du silence pour le ministre MBOULOU.

Une enquête de nos collègues Congo Morning

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.