Congo : La République des pilleurs

 Congo : La République des pilleurs

Pendant que les citoyens de Mossaka et Makotimpoko se cassent la tête pour savoir comment permettre aux enfants d’avoir une scolarité normale, les citoyens du Pool ne dorment plus à l’idée de savoir que les élections présidentielles sont toujours des moments d’angoisse, que les citoyens d’autres départements ne savent même pas s’ils mangeront aujourd’hui, les responsables du PCT et leurs bébés dragons continuent la fête.

Jeudi, c’était la conférence de presse du parti, hier une réunion des fanatiques, dans le même luxueux hôtel, tous unis avec la ferme volonté de permettre à M. Sassou Nguesso de garder la main sur le Congo.

Il est malheureux de voir des jeunes en majorité inexpérimentés et désœuvrés, continuer à vouloir faire croire que M. Sassou Nguesso est une garantie pour la jeunesse congolaise et une solution pour le Congo.

J’aimerais simplement poser trois questions à cette jeunesse :

  • Depuis que M. Sassou Nguesso est au pouvoir a-t-il déjà donné une statistique sur l’emploi des jeunes ?
  • Il y’a 5 ans, M. Sassou Nguesso avait promis créer 40 000 emplois pour les jeunes congolais, combien d’emplois a t-il crée ?
  • Pensez-vous qu’un homme qui a été incapable de trouver une seule bonne idée en 33 ans de présidence peut-il faire des miracles en 5 ans ?

Non, M. Sassou Nguesso est l’artisan de la pauvreté et de la misère des congolais et ne peut en aucun cas être une solution pour le Congo de demain. Comme il avait reconnu dans l’un de ses discours que ses représentants s’adonnaient aux antivaleurs, etant incapable d’en virer un, les mêmes truands seront encore là pour conduire une campagne électorale qui ne sert à rien, tant l’industrie de triche fonctionne à plein régime, et continueront demain dans le prochain gouvernement à piller le pays.

Puisque le pays n’a plus d’argent pour les étudiants et les retraités, mais où trouvent-ils des milliards pour organiser des fêtes à longueur de journée ?

Oui, la crise et la misère sont réservées au pauvre peuple congolais, la fête et la belle vie sont réservées au pouvoir et à ses supporters.

Une chose est sûre, jamais le bas peuple ne sera invité à la table des pilleurs. Enfin, il n’est pas demandeur non plus.

Que Dieu bénisse le Congo

Laurent Dzaba
Président du Mouvement Panafricain et Citoyen

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.