Covid-19 : les Congolais ont négligé les mesures barrières

 Covid-19 : les Congolais ont négligé les mesures barrières

Le constat devient réel et ahurissant sur le port des bavettes et autres mesures au Congo. En effet, ayant écouté la baisse des statistiques des contaminés au niveau national et vu l’arrivée sur le territoire national des premières molécules du vaccin chinois, les Congolais ont négligé l’application des mesures barrières

En rapport avec l’évolution de la pandémie du coronavirus sur le territoire congolais, il ressort du communiqué de la coordination nationale de gestion de ladite pandémie que la décrue de l’épidémie de Covid-19 amorcée en janvier 2021 s’est poursuivie en février. Le nombre de malades et celui des décès enregistrés dans le pays sont en baisse. Le taux de positivité fléchit légèrement et passe à 6% au mois de février 2021.

Ainsi, sur l’ensemble du territoire, il est noté : «  On ne comptait, en date du 26 février 2021, que 66 malades hospitalisés dont 50 à Brazzaville. Un mois plus tôt, soit le 28 janvier 2021, ils étaient 151 dans les différentes structures sanitaires du pays. Suivant les indications du ministère de la Santé, du 14 mars 2020 au 3 mars 2021, notre pays a recensé au total 9.179 cas positifs à la Covid-19, sur un peu plus de 100.000 personnes testées, soit un taux de positivité national de 8,8%. Au 22 février, 7.514 personnes étaient déclarées guéries et 1.178 cas actifs étaient comptabilisés ; 131 décès sont à déplorer depuis le 14 mars 2020, soit un taux de létalité de 1,45% ». 

Bien que les statistiques des malades aient baissé sur le territoire national, il n’a jamais été question de l’abandon des mesures barrières contre cette pandémie de la covid-19. Et parmi des décisions qui avaient été reconduites, il y a entre autres : Adapter et poursuivre les campagnes de sensibilisation et de prévention, Faire observer, partout et par tous, toutes les mesures barrières, Rendre obligatoire le port du masque de protection par chaque personne participant à un rassemblement à caractère politique, Mettre à la disposition de tous les participants à un rassemblement à caractère politique de l’eau avec du savon ou des solutions hydroalcooliques désinfectantes. Et ce, à la charge des organisateurs, Organiser des rassemblements à caractère politique sur des espaces ouverts, Faire respecter, autant que possible, la distanciation physique entre les participants à un rassemblement à caractère politique.

Et même si le vaccin va commencer à être inoculé aux Congolais, le spécialiste de la question au Congo, en l’occurrence le Pr Alexis Elira Dokekias, soulignait le 8 mars à Brazzaville, au cours d’une conférence de presse, la nécessité de renforcer les mesures actuelles de lutte contre la pandémie de coronavirus et d’introduire la vaccination. « Nous allons recevoir le mercredi 10 mars, par vol Ethiopian, nos premières doses de vaccin. Sans me tromper, je peux vous dire qu’avant le vote des agents de la force publique nous allons commencer à inoculer les premières doses de vaccin. Ceci se fera conformément au plan national de vaccination qui a été élaboré et adopté, solidifié avec l’appui des partenaires », a-t-il indiqué, tout en annonçant que les techniciens étaient déjà à pied d’œuvre pour la réussite de cette opération de vaccination. Le président de la commission « prise en charge de Covid-19 » a également insisté sur l’obligation d’observer et de poursuivre les mesures de prévention pendant et après la campagne électorale. « La pandémie de Covid-19 ne va pas nous quitter avant décembre 2021 », a prévenu le Pr Alexis Elira Dokekias.

Notons que seule la conscience individuelle et collective doit guider les Congolais vis-à-vis de cette pandémie, car il n’a jamais été question de fouler aux pieds les mesures de lutte que recommande la Coordination nationale de gestion de la pandémie de coronavirus Covid-19.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.