Des délestages de 10 heures en moyenne à Pointe-Noire à cause d’un vilain nommé Ya Adou

 Des délestages de 10 heures en moyenne à Pointe-Noire à cause d’un vilain nommé Ya Adou

En plus du faible taux d’électrification, les pays d’Afrique subsaharienne éprouvent des difficultés à alimenter la faible portion des populations ayant accès à l’électricitéais le Congo Brazzaville qui est pourtant bien arrosé souffre de l’incompétence et mauvaise gouvernance de sa classe politique incapable de fournir une électricité permanente et de qualité.

Les villes du Congo Brazzaville sont soumises à des délestages quotidiens. Cette situation affecte la vie des consommateurs, qui demandent à la société d’énergie d’améliorer la qualité de ses services. Selon la société, le délestage est dû à un problème technique.

Les villes les plus touchées par ce problème sont Brazzaville et Pointe-Noire, la capitale économique. Selon un usager, « Ces derniers temps, c’est la catastrophe. Généralement, il y a coupure entre 18h et minuit et entre 6h et 18 h. Il y a des gens qui ont des activités qui dépendent de l’électricité. Ça fait un manque à gagner ». Un autre ajoute que« Malgré cela, à la fin du mois les factures augmentent »

Selon une source au ministère de tutelle, les délestages sont dus à l’entrée en production de la troisième turbine de la centrale électrique du Congo, qui a porté sa capacité à 470 mégawatts. Elle provoque des variations de tension qui entraînent des coupures électriques. Pour Cyriaque Abdon Moundzanga, directeur commercial de la Société d’énergie électrique du Congo, des travaux sont en cours pour corriger le problème.

« Les problèmes techniques sont connus. Au niveau de la société, nous nous attelons à trouver des solutions pour remédier à toutes ces questions. Nous travaillons pour améliorer la qualité de la desserte », a-t-il déclaré.

La rédaction

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.