Développement : les priorités du ministère de la Coopération internationale

 Développement : les priorités du ministère de la Coopération internationale

Le ministre de la Coopération internationale et de la Promotion du partenariat public-privé a réuni le corps diplomatique accrédité au Congo le 2 juin à Brazzaville. Denis Christel Sassou Nguesso a passé un message : « la coopération internationale doit désormais être un puissant instrument de développement économique et de progrès social au Congo ».

« Nous allons désormais privilégier la qualité plutôt que la quantité, en étant regardants sur la nature des accords que nous signerons et en mettant un accent particulier sur le suivi et l’évaluation, pour ne pas retomber dans les travers qui ont parfois dans le passé dénaturé la substance de certains de nos accords », a déclaré le ministre Denis Christel Sassou Nguesso.

S’appuyant sur « la marche vers le développement », projet de société du président de la République, le ministre a souligné à cette occasion la nécessité de faire de la coopération internationale un levier pour la diversification de l’économie congolaise. A ce sujet, il a épinglé le potentiel du Congo dans divers secteurs porteurs, tels que l’agriculture, l’économie forestière, l’industrie, les mines et le tourisme.

Parlant de l’agriculture, le ministre a annoncé l’ambition du Congo de lancer l’idée de la révolution agricole, en faisant évoluer les textes régissant le foncier, afin de permettre à l’Etat de pouvoir octroyer des terres plus facilement à ceux qui désirent développer des activités agricoles. Aussi, une recherche plus intensive d’investisseurs sera prochainement engagée pour développer le système de pompage et d’irrigation des plateaux de Djambala et Lekana.

Dans le même sillage, Denis Christel Sassou Nguesso a annoncé la création d’une banque agricole pour soutenir les initiatives et efforts des agriculteurs.  Il a, par ailleurs, souligné qu’en matière d’économie forestière, le Congo dispose désormais de sa quote-part de production via son parc à bois. A cet effet, le ministère de la Coopération internationale s’attèlera à trouver des financements, pour favoriser l’éclosion d’une vraie industrie de transformation créatrice d’emplois et de nouveaux métiers.

En sa qualité de ministre et de responsable de l’ensemble des commissions mixtes, Denis Christel Sassou Nguesso voudrait par le biais de la coopération internationale contribuer fortement au rayonnement, développement et progrès social du Congo. « Les accords que nous signerons désormais devront avoir un intérêt certain pour notre pays, tout en étant pas contradictoires avec les intérêts des vôtres, je considère comme nombreux aujourd’hui, qu’il peut y avoir une relation qui s’inscrit dans l’optique d’une coopération ‘’gagnant-gagnant’’ », a- t-il fait savoir.

Face aux défis et charges dévolues au département qu’il a la mission de conduire, le ministre a lancé un plaidoyer en vue de faire de la coopération internationale un socle de l’amitié entre les peuples et les Etats. « Les défis profonds de l’humanité sont fondamentalement les mêmes partout et se résument en deux idées fortes qu’il nous faut consolider ensemble : la création des richesses et le bonheur collectif », a-t-il conclu.

Notons que cette séance inaugure une série d’entretiens que le ministre de la Coopération internationale projette d’avoir avec les ambassadeurs, chefs de missions diplomatiques et consulaires accrédités au Congo.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.