Droits de l’homme : le CNDH forme les enquêteurs sur la collecte des données statistiques

 Droits de l’homme : le CNDH forme les enquêteurs sur la collecte des données statistiques

Exif_JPEG_420

Le deuxième vice-président du Conseil national des droits de l’homme (CNDH), Saturnin Jean Claude Ntari, a lancé, le 13 juin à Brazzaville, la formation des enquêteurs sur la collecte des données statistiques.

Cinq jours durant, les participants au séminaire vont plancher sur les possibilités d’élaborer les questionnaires d’enquêtes, la collecte de l’information, l’analyse des données collectées ainsi que sur l’interprétation des données assemblées.

En effet, les données statistiques renseignent sur les tendances, les forces et faiblesses qui influent sur la vie des entreprises et des institutions. Il s’agira pour les participants d’apprendre à collecter, présenter, résumer les informations jugées nécessaires et adéquates.

« La mission qui incombe au CNDH exige que celui-ci soit plus près de la population afin d’avoir un tableau réel sur la jouissance des libertés et l’exercice des droits par les citoyens », a expliqué Saturnin Jean Claude Ntari.

Le CNDH a réalisé, dans un récent passé, sans expertise requise, un travail de collecte des données. Au terme de celui-ci, il a relevé plusieurs faiblesses de ses membres.

« Lorsque nous faisons une enquête de terrain, nous avons souvent des difficultés : recueillir les données palpables, l’accès aux sources et présenter les données statistiques. Après la session des femmes au mois de mars à New York, nous avons constaté que nos rapports n’ont pas eu assez de données statistiques. Au niveau des Nations unies, il y a des normes. Au Congo ou ailleurs dans les autres pays au niveau des Conseils nationaux des droits de l’homme, lorsque nous travaillons avec les autres, le manque des indices statistiques est récurrent dans les rapports », a expliqué Ngnia-Ngoma Nzaou Moyen, rapporteuse au CNDH.  

De manière résumée et concrète, l’opinion de centaines de milliers de personnes, les chiffres et statistiques dans un rapport dégagent les tendances générales au sein de la société, permettent d’effectuer les comparaisons sur la base d’hypothèses précises afin de tester parfois une certaine influence.

Enfin, les données chiffrées sont perçues comme objectives par excellence. Bien souvent, ils sont présentés comme ayant valeur de preuve scientifique, en particulier lorsqu’ils sont traités sous forme de statistiques, et notamment de pourcentages censés refléter la pensée vraie.

Signalons que le CNDH du Congo est membre d’un réseau d’Afrique centrale des droits de l’homme et, à l’international, il est rattaché au niveau onusien.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.