En finir avec le tribalisme ou racisme économique des dirigeants Congolais

 En finir avec le tribalisme ou racisme économique des dirigeants Congolais

Muni de leurs agréments, de leurs permis miniers ou de leurs contrats obtenus à grand coup de dessous de tables ou de recommandations inavouables, les non-congolais (expatrier en général) assiègent les banques congolaises pour obtenir des crédits afin d’investir dans leurs projets.

Pendant ce temps, les autochtones congolais sont cantonnés dans l’informel avec leurs projets décrétés non-bancables par les autorités et les banques institutionnelles du Congo. Année après année le secteur de l’informel grossit sans qu’aucune autorité ne s’en émeuvent.

Depuis quelques années (trois ans au plus), les jeunes, et les moins jeunes sont incités ou fortement encouragés à créer leurs propres entreprises. Le mot à la mode c’est l’ENTREPRENARIAT sans crédit. On a trouvé la potion magique. Il faut inciter les jeunes et les femmes à l’entreprenariat pour que chacun (e) puisse trouver des solutions à ses problèmes. Une démission de l’Etat qui ne dit pas son nom.

Alors des écoles se sont crées, des réunions, des colloques et des grandes messes se sont organisées autour de l’entreprenariat des jeunes et des femmes. Un attrape nigaud qui ne dit pas son nom. Pourquoi ne pas faire confiance aux congolais ?Même l’entraineur de l’équipe national de football est un non-congolais qui a été choisit par les autorités congolaises. Une aberration de grande envergure, une saloperie monumentale diront d’autres.

Pendant que tous les pays sérieux appliquent le patriotisme économique, les autorités congolaises cherchent désespérément que notre pays soit développé par les non-congolais. D’ailleurs des zones économiques spéciales vont leurs être entièrement dédiées. Dites encore que c’est la faute de l’impérialisme.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.