Environnement et Développement durable : Eve Bazaïba investie « gardienne » du sol congolais

 Environnement et Développement durable : Eve Bazaïba investie « gardienne » du sol congolais

La délégation des chefs coutumiers du grand Bandundu et alliés  ont remis à Eve Bazaïba Masudi certains attributs du pouvoir ancestrales pour contrôler, protéger et régner sur la terre de ses ancêtres.

La vice-Première ministre, ministre de l’Environnement et Développement durable (VPM-MEDD), Eve Bazaïba Masudi, a reçu, le 26 mai, dans son cabinet de travail une délégation des chefs coutumiers du grand Bandundu et alliés. Cette dernière, forte de seize autorités coutumières, est venue lui exprimer ses préoccupations en rapport avec la gestion des terres et des forêts dans le pays.

Dans le nombre de ces préoccupations exposées à la VPM-MEDD, il y a, selon cette délégation des chefs coutumiers, certains dossiers en régulation au niveau de la justice. Ces chefs coutumiers sollicitent de Mme Eve Bazaïba notamment la dissolution de la société d’exploitation forestière Sodefor et la réhabilitation de la Forescom comme société d’Etat au profit du peuple congolais. Ils attendent également l’intervention du numéro un de l’Environnement et du Développement durable congolais, son intervention pour le paiement de leurs redevances par des sociétés d’exploitation forestière établies dans leurs différents territoires, comme l’exige la loi en la matière.

Intronisée « gardienne » du sol congolais

Bien avant de lire leur mémorandum, les chefs coutumiers ont intronisé la VPM-MEDD Eve Bazaiba comme « gardienne » du sol congolais. Ils lui ont remis quelques attributs du pouvoir ancestral et coutumier qui lui confèrent les aptitudes pour remplir les différentes tâches attendues d’elle. Il s’est agi d’une chaise de l’autorité coutumière, d’un coq, d’une paire de pigeons- symboles de porte-parole et gardienne du sol congolais, d’un couteau-pour défendre le sol congolais contre ses ennemis, d’une peau de léopard-signe d’autorité et de pouvoir, des statuettes de girafe et d’Okapi, d’un tapis traditionnel, d’un pagne aux motifs ancestraux, d’une paire de babouches, d’un sac, d’un chapeau en fil de raphia, d’un chasse-mouches, une statuette représentant une silhouette féminine-symbole de responsabilité, etc. Pour ces chefs coutumiers, tous ces présents symbolisent le pouvoir de diriger et d’agir. A en croire ces chefs coutumiers, la VPM-MEDD Eve Bazaïba est, désormais, investie du plein pouvoir d’agir sur le sol congolais.

Au cours de cette cérémonie qui s’est déroulée dans le hall de la vice-Primature, les seize chefs coutumiers ont fait une petite cérémonie selon les rituels ancestraux et ont demandé à la VPM-MEDD de s’investir afin de promouvoir le développement de toutes les provinces de la République démocratique du Congo.

Justifiant leur acte, ces chefs coutumiers ont indiqué, relevant l’importance du pouvoir traditionnel, que celui-ci occupe une place de choix dans la structure administrative et territoriale du pays en tant que premier pouvoir politique et gestionnaire de l’entité territoriale de base. « Le pouvoir traditionnel joue un triple rôle : politique, économique et socio-culturel »,ont  indiqué ces chefs coutumiers. Au plan politique, expliquent-ils, le pouvoir traditionnel est le premier pouvoir du territoire national issu de la légitimité naturelle, les ancêtres. Il a, poursuivent les chefs coutumiers, un territoire, une mémoire collective et la responsabilité politique et sociale de la société entière. « C’est lui qui assume la gestion collective de la société. Il est directement propriétaire de la convention nationale et le médiateur naturel sur le territoire national pour faire la synthèse de l’unité », ont-ils insisté.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.