ESU : la grève est effective à l’Université Pédagogique Nationale alors que la rentrée académique est prévue ce mercredi

 ESU : la grève est effective à l’Université Pédagogique Nationale alors que la rentrée académique est prévue ce mercredi

Des étudiants à la Cour, des auditoires fermés, tel est le constat fait ce mercredi 5 janvier 2022 par ACTUALITE.CD, le jour de la rentrée académique 2022-2023 à l’Université Pédagogique Nationale ( UPN). Des autorités académiques ont demandé aux étudiants de regagner leurs domiciles. Elles ont pris la décision la veille, d’observer la grève faute d’une réponse favorable du gouvernement à leurs revendications. 

Le Chef des travaux Joseph Lukadi Ngoyi, Président de l’association des cadres scientifiques de l’UPN et vice-président au niveau national est revenu sur les principales revendications de cette catégorie du personnel de l’ESU. 

« Nous sommes en grève, parce que nous avons estimé que le gouvernement, depuis qu’il a été installé, toutes nos sollicitations ont été vaines. Qu’est-ce que nous avons sollicité de ce gouvernement ? La mécanisation des nouvelles unités qui travaillent depuis 5 ans, 10 ans sans être payées, la correction en grade des collègues qui sont promus Chefs des travaux mais qui sont encore payés comme assistants premier mandat, qui ont soutenu leurs thèses et devenus docteurs mais continuent à être payés comme chefs des travaux ou assistants premier ou deuxième mandat. Nous avons demandé au gouvernement l’application de la tension salariale, la réduction des écarts entre les professeurs et les scientifiques; si le professeur est aujourd’hui à plus au moins 1300 USD payables en franc congolais, le chef des travaux lui est resté à 500 mille et quelques et franc congolais soit 200 et quelque USD. Nous avons également réclamé au gouvernement qu’il nous alloue une bourse locale des recherches parce que nous menons des recherches au nom et pour le compte de la République, ce n’est pas forcément les recherches qui vont servir à nos familles et donc face à toutes ces revendications, l’État congolais à travers le gouvernement est resté indifférent alors totalement indifférent. Nous avons estimé dès lors qu’il fallait qu’on décrète la cessation des services », a-t-il expliqué à la presse.

UPN
Les étudiants de l’UPN dans la cour de l’université 

La grève sera observée pendant ce mois de janvier tout en poursuivant des discussions avec l’employeur qui est le gouvernement. 

« C’est déjà la rentrée d’après le ministre ( ESU) mais nous nous estimons qu’aucun effort n’a été fourni même au niveau du ministère de tutelle déjà, il n’y a pas de rentrée, que les parents gardent leurs enfants à la maison en attendant. Nous nous sommes accordés plus au moins un mois, c’est-à-dire le mois de janvier on va voir comment certaines promesses qui ont été faites seront exécutées et à l’expiration de ce mois, nous allons nous retrouver encore en Assemblée générale pour évaluer. Si nous trouvons que le gouvernement a été actif dans la résolution des promesses, nous pourrions suspendre la grève mais si nous considérons que le gouvernement continue à rester indifférent en ce moment là on pourra encore continuer la grève. C’est pendant un mois, plusieurs fois renouvelable en attente des résultats à nos réclamations”, a souligné le Président de l’association des cadres scientifiques de l’Université Pédagogique Nationale.

Il a invité ses collègues à observer scrupuleusement ce mouvement de grève car, dit-il, leur avenir en dépend. Au gouvernement, ils disent rester ouverts aux discussions pour l’aboutissement des solutions à leurs revendications.

La rentrée académique 2022-2023 est prévue selon le ministère de tutelle ce mercredi 05 janvier 2021. Le go sera donné par le ministre Muhindo Nzangi à l’académie des Beaux-Arts à Kinshasa/Gombe.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.