Etats généraux : des réflexions pour sauver le football congolais

 Etats généraux : des réflexions pour sauver le football congolais

Les états généraux du football congolais ont été ouverts le 16 mars par Hugues Ngouélondélé, ministre en charge des Sports. Les travaux qui vont s’achever le 18 mars apporteront à coup sûr des réponses à la thématique   » Quelles stratégies pour un football performant en République du Congo ? »

Le football congolais est malade. Ses résultats en dents de scie et son irrégularité sur l’échiquier continental le prouvent. Cependant, la  montée en puissance des autres pays du continent,  constatée lors  de la dernière phase finale  de la Coupe d’Afrique des nations jouée au Cameroun ( les prestations de la Gambie et des Comores), a poussé les dirigeants à réfléchir sur comment guérir le football congolais de ses maux. Les états généraux apporteront sans nul doute des solutions.

  «  Depuis plus d’une décennie, le football congolais essuie de nombreux échecs, les plus récents sont la non-qualification à la phase finale de la Coupe d’Afrique des nations  2021 jouée du 9  janvier au 6 février 2022 au Cameroun et la non-qualification à la phase finale de la Coupe du monde Qatar 2022 qui se jouera du 21 novembre au 18 décembre 2022. Ce tableau, comme vous le voyez, dresse un bilan non élogieux de notre football  depuis 1972 », a précisé Hugues Ngouélondélé dans son discours d’ouverture.  

Les problèmes qui freinent le développement du football congolais étant multiples, les participants vont travailler en atelier autour de quatre sous-thèmes, notamment  la gouvernance ( la Fédération congolaise de football et les organes techniques, à savoir la Ligue nationale de football,  les ligues des jeunes, des dames, départementales et des sous-ligues),  la formation et le management des ressources humaines, les infrastructures sportives  et le matériel didactique ainsi que le financement, la communication et la promotion du football.

Les assises qui se tiennent sur trois jours, a expliqué  le ministre,  devront  être  un moment d’échanges et d’écoute, de réflexion profonde et collective sans tabou  entre les acteurs indirects et directs, clubs, comité exécutif de la Fédération congolaise de football  et les pouvoirs publics. Il a exhorté  les passionnés du football à travailler  dans la sérénité, la responsabilité et le bon sens car, a-t-il dit, le football, partie intégrante du sport national, est un élément véhiculaire de l’image du Congo.

« Vous n’êtes pas sans savoir que les recommandations pertinentes qui sortiront de ces états généraux sont attendues par notre pays en général et par les pouvoirs publics en particulier. C’est pourquoi, j’invite tous les participants à prendre une part  active aux travaux en atelier et en plénière », a déclaré le ministre en charge des Sports.

Par le passé, a rappelé Hugues Ngouélondélé, le Congo a remporté la Coupe d’Afrique des nations (CAN) 1972 à Yaoundé au Cameroun et la CAN juniors 2007 à Brazzaville. Le Club athlétique renaissance aiglons a gagné la Coupe d’Afrique des clubs champions, l’actuelle Ligue africaine des champions en 1974 puis l’Athlétic club Léopards de Dolisie a soulevé la 9e Coupe africaine de la Confédération en 2012. En perte de vitesse depuis des années, le football congolais doit poser au cours de ces états généraux les bases de son développement.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.