Expulsion de l’ambassadeur français au Mali: le pic des tensions a-t-il été atteint?

 Expulsion de l’ambassadeur français au Mali: le pic des tensions a-t-il été atteint?

L’ambassadeur de France au Mali a trois jours pour quitter le Mali. Décision annoncée lundi 31 janvier en début d’après-midi par les autorités maliennes de transition, à l’issue d’une convocation de Joël Meyer au ministère des Affaires étrangères. C’est l’ultime épisode de plusieurs mois d’échanges tendus entre les autorités des deux pays et qui laisse planer d’immenses doutes sur la suite des relations entre la France et le Mali.

L’expulsion du diplomate français fait suite « aux propos hostiles et outrageux » tenus ces derniers jours par Jean-Yves le Drian. Le ministre français des Affaires étrangères avait, entre autres, qualifié d’« illégitimes » les autorités de transition. L’incompréhension et l’animosité qu’ont en partage les autorités maliennes et françaises n’étaient jamais allées si loin. Mais le pic a-t-il été atteint ?

Bamako souhaite « maintenir le dialogue et poursuivre la coopération avec l’ensemble de ses partenaires internationaux, y compris la France ». Une invitation difficilement conciliable avec la manière forte qui a été choisie et qui a surpris bien des observateurs, y compris parmi les fins connaisseurs de la politique malienne. De son côté, Paris « réitère son engagement en faveur de la stabilisation et du développement du Sahel », mais sans mentionner nommément le Mali.

Depuis l’expulsion du contingent danois de la force Takuba, la semaine dernière, la quinzaine de pays européens qui y contribuent ont initié une réflexion sur l’avenir de cette force, articulée autour de Barkhane. Dont la présence sur le territoire malien est de plus en plus contestée dans la rue. Bamako a d’ailleurs sollicité une série d’amendements aux accords militaires actuels, Paris n’a pas encore répondu.

Les autorités maliennes de transition, qui ont également engagé un bras de fer avec la Cédéao, semblent déterminées à changer leurs relations avec leurs partenaires traditionnels, quitte à risquer l’isolement. En rappelant que d’autres puissances sont disponibles -la Russie, mais pas seulement- et tout en brandissant l’étendard de la souveraineté nationale.

L’aboutissement de mois de tension

Si les échanges sont difficiles depuis le renversement d’Ibrahim Boubacar Keïta en août 2020, le ton est véritablement monté à compter du second coup de force des militaires, en mai 2021. Le 10 juin, Emmanuel Macron annonce une « transformation profonde » de la présence militaire française au Sahel. Le mois suivant, il précise notamment la fermeture des bases de Kidal, Tessalit et Tombouctou. Une stratégie que ne goûte pas le Premier ministre de transition Choguel Maïga, qui déplore un « abandon en plein vol », à la tribune de l’ONU le 25 septembre.

Réponse du président français : « le Premier ministre malien est l’enfant de deux coups d’État (…) la légitimité du gouvernement actuel est démocratiquement nulle ». C’est dans ce contexte, fin décembre, qu’Emmanuel Macron annule sa visite au Mali, officiellement en raison de la crise sanitaire.

NewsletterRecevez toute l’actualité internationale directement dans votre boite mailJe m’abonne

En ce début d’année, c’est le retrait imposé du contingent danois de la force Takuba qui entraîne des échanges acrimonieux. La ministre française des Armées Florence Parly déclarait il y a une semaine que la junte multipliait « les provocations ».

Le colonel Abdoulaye Maïga, porte-parole du gouvernement, donne alors pour « conseil » à Florence Parly de se taire, accusé Paris de chercher à diviser les Maliens, « d’instrumentaliser » les organisations sous-régionales et de conserver ses « réflexes coloniaux ». Puis le ministre des Affaires étrangères Abdoulaye Diop, renchérissait sur l’antenne de RFI vendredi, contre des propos « empreints de mépris », prévenant que son pays n’excluait « rien » dans ses relations avec la France.

La présence de Wagner et la durée de la transition

Par ailleurs, Paris s’est vivement opposé à l’éventualité pour Bamako de nouer de nouveaux partenariats. En ligne de mire, la société paramilitaire russe Wagner. Jusque-là, les autorités maliennes de la transition insistent sur un point : aucun contrat n’a été signé avec ce groupe privé. Malgré ses démentis, le ton n’a cessé de monter. 

Mais les relations entre Paris et Bamako se sont également envenimées sur la question de la durée de la transition : fin octobre, les autorités maliennes annoncent le report des élections prévues le 27 février pour des raisons de sécurité, et depuis, des désaccords profonds éclatent au grand jour. Faute de consensus, la Cédéao a imposé des sanctions diplomatiques et économiques sévères contre le Mali. Invoquant le principe de souveraineté nationale, les autorités maliennes reprochent à la France d’instrumentaliser les organisations sous-régionales.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.