Face à la menace du variant Omicron, la France mise tout sur la vaccination

 Face à la menace du variant Omicron, la France mise tout sur la vaccination

Les annonces de nouvelles mesures font pression sur les non-vaccinés mais également sur ceux qui n’ont pas encore reçu de dose de rappel contre le Covid-19. 

En France, l’épidémie flambe. On enregistre en moyenne près de 53 000 cas quotidiens et près de 16 000 malades du Covid sont actuellement hospitalisés. Pour la première fois depuis mai, il y en avait lundi plus de 3 000 dans les services de soins critiques. Et l’épidémie pourrait aller plus haut encore à cause du variant Omicron, très contagieux et qui se répand en Europe. Il a poussé les Pays-Bas à décréter un nouveau confinement à partir de dimanche. Le Danemark a fermé théâtres, cinémas et salles de concerts.

Pas d’obligation prévue pour les enfants

Pour éviter ce dernier recours, le gouvernement mise tout sur la vaccination. Annoncée à plusieurs reprises ces dernières semaines, la vaccination de tous les enfants de 5 à 11 ans dont les parents le souhaitent est imminente. La Haute autorité de santé (HAS) lui a, comme attendu, donné son feu vert lundi, après le Comité d’éthique (CCNE) vendredi. Pour autant, la HAS ne souhaite la rendre ni « exigible ni obligatoire ».

Le passe vaccinal, une forme d’obligation vaccinale assumée

Mais au-delà des enfants, elle insiste sur « l’importance d’inciter à la vaccination » les adultes non-vaccinés. C’est pourquoi le gouvernement veut remplacer le passe sanitaire par un passe vaccinal. Il espère le faire avant la fin janvier, après adoption d’un projet de loi. Un test négatif ne suffira alors plus pour entrer dans les lieux soumis à ce passe (restaurants, lieux de culture, de loisirs…). « On souhaite que les personnes vaccinées puissent vivre quasi normalement, ça implique que les personnes non vaccinées vivent malheureusement un quasi-confinement », a résumé dimanche soir sur la chaîne LCI le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal.

« Une forme d’obligation vaccinale », ont assumé le porte-parole du gouvernement et le ministre de la Santé Olivier Véran, alors que la mesure est contestée par l’opposition. À ce stade, 51,5 millions de personnes en France sont complètement vaccinées, soit 76% de la population totale. Parmi les personnes jusque-là éligibles, il en reste moins de 6 millions qui n’ont pas eu le vaccin.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.