Frontière Congo-Angola: une réunion technique de vérification tenue à Pointe-Noire

 Frontière Congo-Angola: une réunion technique de vérification tenue à Pointe-Noire

La 5e reunion de la sous-commission  technique de vérification de la frontière maritime entre le Congo et l’Angola s’est tenue du 11 au 14 mai dans la capitale économique sous les auspices de Raymond Zéphirin Mboulou, Charles Richard Mondjo et  Joao Ernesto dos Santos respectivement ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, ministre de la Défense nationale et ministre angolais de la Défense nationale et vétérans de la patrie.

S’exprimant pour la circonstance, Joao Ernesto dos Santos a souligné que la République d’Angola maintient dans sa mémoire, un profond sentiment de gratitude du fait que la République du Congo a défendu la cause du peuple angolais depuis fort longtemps, en collaborant et participant activement à la cause qui a conduit au processus de l’indépendance nationale, raison pour laquelle les relations entre les deux pays doivent être renforcées et mutuellement avantageuses dans le respect des liens de parenté.

Ainsi il a souligné que les résultats obtenus jusqu’à présent sont satisfaisants et recommandent la poursuite du dialogue et de la coopération, dans la conviction que les questions constantes de l’ordre du jour des travaux permettant de trouver conjointement les meilleures solutions, dans l’intérêt de deux peuples et de la région.

Il a signifié qu’il est important d’évaluer le niveau d’accomplissement des tâches définies lors de la 3e réunion, du 18 au 21 septembre 2019 à Luanda et lors de la 4e réunion du 16 au 19 mars 2020 à Cabinda. Au cours de ces reunions, l’Angola et le Congo avaient décidé de préparer les accords en vue de délimiter leur frontière maritime d’ici à 2022.

« Malgré les difficultés imposées par la pandémie de la Covid-19, la République d’Angola a travaillé pour l’accomplissement de ses responsabilités afin de concrétiser la satisfaction des besoins de première nécessité de son peuple conformément aux dispositions de la convention des Nations unies sur le droit de la mer, raison pour laquelle se déroulent ces travaux pour la détermination de la ligne de base à partir de laquelle sont délimitées les espaces maritimes »,  a déclaré le ministre angolais de la Défense nationale.

Pour sa part, le ministre congolais de l’Intérieur et de la Décentralisation, Raymond Zéphirin Mboulou, a évoqué  le cadre juridique qui fonde la frontière commune entre la République du Congo et la République d’Angola, qu’il avait déjà rappelé au cours de la réunion tenue du 13 au 15 mars 2020 à Pointe-Noire. Il s’agit de convention du 12 mai 1886, relative à la délimitation des possessions françaises et portugaises dans l’Afrique occidentale et sa carte de 1901 annexée qui précise le tracé définitif de la frontière ainsi que l’arrangement signé le 23 janvier 1901 à Paris, en vue d’interpréter l’article 3 de cette convention.

« Dans l’estuaire compris entre la pointe Chamba et la mer, le talweg servira de ligne de démarcation politique aux possessions des hautes parties contractantes. Aucun sujet ne peut être placé au-dessus des liens historiques d’amitié et de fraternité qui unissent le Congo et l’Angola. Aucun sujet ne doit diviser les deux Etats. Seul compte notre intérêt commun affirmé et réaffirmé plusieurs fois au cours de notre histoire et de notre destin partagé. C’est une exigence de nos deux pays et une instruction de nos deux chefs d’Etat » a-t-il indiqué.

Le clou de cette rencontre était l’adoption par les délégations d’une motion de remerciements aux présidents des deux pays pour leur engagement politique en vue de parvenir à une solution pacifique dans la délimitation et la démarcation de leur frontière commune.   

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.