Importations: vérification en vue de la conformité des marchandises entrant au Congo

 Importations: vérification en vue de la conformité des marchandises entrant au Congo

La protection des consommateurs congolais vis-à-vis de l’importation des marchandises a été au cœur des entretiens que le ministre du Développement industriel et de la Promotion du secteur privé, Antoine Thomas Nicéphore Fylla Saint Eudes, a eus le 11 octobre à Brazzaville avec le vice-président du bureau Veritas, Stéphane Gaudechon.

Après des échanges à Paris en fin août dernier, le vice-président services aux gouvernements et commerce international du bureau Veritas est au Congo pour poursuivre les discussions avec le gouvernement dans le but de développer un programme de vérification de la conformité des marchandises. « C’est un projet extrêmement important et sensible, destiné à assurer la protection des consommateurs congolais vis-à-vis de l’importation des marchandises. Il appartient au ministre de concevoir le périmètre qui doit globalement être le plus large possible », a expliqué Stéphane Gaudechon à sa sortie d’audience.

Il a également rappelé qu’il est actuellement important d’assurer la vérification des marchandises qui rentrent au pays et de s’assurer de la conformité aux normes internationales, régionales et aux spécificités locales. « Nous avons échangé sur tous ces aspects, il apparaît manifestement que c’est une prise en compte importante par monsieur le ministre et ses équipes de cette protection nécessaire qui se développe à grands pas. Dans d’autres pays, que ce soit sur le continent africain ou dans d’autres continents, aujourd’hui il est important d’assurer la protection des consommateurs vis-à-vis de l’importation des produits qui ne sont pas toujours conformes », a-t-il insisté.

Interrogé sur la possibilité de créer des laboratoires, le vice-président de Veritas a indiqué que la préoccupation qui demeure est celle d’assurer le contrôle au départ des marchandises, c’est-à-dire dans les pays d’importation. « Le contrôle à demeure n’est pas souhaitable pour différentes raisons. En revanche, les laboratoires qui sont au Congo ont un rôle à jouer incontestablement en coordination avec l’Agence congolaise de normalisation et la qualité pour faire en sorte qu’il existe des contrôles inopinés sur la façon dont est opéré ce type de programme de vérification de la conformité », a conclu Stéphane Gaudechon.

Un programme qui pourrait être très bénéfique pour le Congo qui importe chaque année  plus de 700 milliards FCFA d’avoir une idée nette sur la qualité des produits avant leur entrée sur le territoire national. Mise en place par le gouvernement, l’Agence congolaise de normalisation et la qualité (Aconoc) entend jouer sa partition dans le cadre de la réalisation de ce programme. « Dans le cadre des contrats à signer, nous allons travailler  avec Veritas afin de s’assurer que tout produit en provenance de l’étranger soit de bonne qualité. Après les analyses, le partenaire enverra des rapports sur la base desquels l’Aconoc délivrera des certificats dont des copies seront envoyées aux services de douanes et de commerce », a déclaré le directeur général de l’Aconoc, Jean-Jacques Ngoko-Mouyabi.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.