Imposture : Bélinda Ayessa ou Belinda Yéza ?

 Imposture : Bélinda Ayessa ou Belinda Yéza ?

« La culture c’est comme la confiture . Moins on en a, plus on l’étale. »

A l’occasion d’un spectacle de gospel folklorique au mémorial Pierre Savorgnan de Brazza, l’éminente directrice des lieux, Bélinda Ayessa, a cru bon étaler ses connaissances littéraires. Très imbue de sa personne et très sûre de la pertinence de son propos, madame la directrice a enjoint les jeunes, en général, de beaucoup lire. « Non, vous les jeunes n’ouvrez jamais les livres » a vertement critiqué l’ancienne journaliste des « Dépêches de Brazzaville ». Pour montrer son savoir, la femme savante a ouvert son large bec et, l’œil brillant, a cru bon d’appuyer son propos sur l’auteur anglais Rudyard Kipling. « Je suis sûre que vous ne le connaissez pas » a ironisé la brillantissime oratrice. Sans hésiter, elle a lâché devant la salle médusée : « Kipling c’est celui qui a écrit L’ENFANT DE LA JUNGLE » . La salle, bouche bée, a admiré la finesse intellectuelle. Sauf que la très cultivée Belinda avait tout faux. L’auteur britannique, Kipling, a plutôt écrit LE LIVRE DE LA JUNGLE, célèbre ouvrage connu de tous les enfants de la terre.

En fait c’est elle qui a intérêt de beaucoup lire. Mais a-t-elle seulement le temps d’ouvrir un bouquin ? Comme Mowgli le héros de Kipling, la carnassière du Mausolée vit au milieu des loups de la politique. L’ENFANT DE LA JUNGLE est un récent ouvrage sans lien avec Kipling. Il s’agit d’un roman de Michael Morpurgo (indonésien) destiné à un public de pré-adolescents ou d’adolescents, publié pour la première fois à Londres en 2009.

Je parie un ticket du train « Gazelle » que Belinda Ayessa n’a jamais lu Michael Morpurgo et ignore jusqu’à son existence.

Source : Congopage

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *