Impôts : évaluation de l’application E.taxe

 Impôts : évaluation de l’application E.taxe

Afin de moderniser et rendre performante l’administration fiscale congolaise, maîtriser et sécuriser l’assiette, le ministère des Finances avait mis en service, en 2020, un dispositif de paiement en ligne, E.taxe. Après deux ans d’exploitation, cette application a montré ses insuffisances.

Pour faire un état des lieux de l’application E.taxe puis formuler des recommandations qui permettront de rendre plus performant le système d’information de l’administration fiscale, le Projet des réformes intégrées du secteur public (Prisp), financé par la Banque mondiale (BM), a organisé le 1er mars à Brazzaville un atelier y relatif.

Présidant les travaux, le ministre des Finances, Roger Rigobert Andely, a rappelé que c’est depuis 2018 que le gouvernement est engagé dans un vaste programme de modernisation des administrations fiscales, à travers de nombreux projets informatiques. Malheureusement, le bilan de ces projets, selon lui, ne donne pas à présent une entière satisfaction.

« Il nous faut, très rapidement, prendre des dispositions nécessaires pour corriger toutes les faiblesses constatées. Dans le cas particulier du système d’information de la direction générale des impôts, nous assistons, depuis 2020, à la coexistence de deux applications, E.taxe et systaf l’ancienne », a déploré le ministre des Finances.

Intervenant, la représentante de la BM au Congo, Korotoumou Ouattara, a estimé être en face de deux choix possibles, à savoir mettre en place tous les moyens nécessaires pour finaliser E. taxe, y compris un changement d’approche, et si nécessaire recourir à une firme pour apporter un appui nécessaire ou externaliser, auprès d’une firme qui sera tenue pour responsable de livrer un produit satisfait et en temps voulu.

« Nous allons appuyer le gouvernement dans son choix, en analysant à nouveau l’état des lieux de E.taxe. Une équipe composée d’experts techniques et de spécialistes en gestion du changement et en gestion axée sur les résultats de la Banque travaillera avec les techniciens du gouvernement. L’objectif est de parvenir à l’adoption d’une feuille de route consensuelle pour un système d’information pérenne, sécurisée et efficace », a-t-elle conclu.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.