Iran: rapprochement avec les Émirats et vives critiques à l’encontre de Paris

 Iran: rapprochement avec les Émirats et vives critiques à l’encontre de Paris

L’Iran accuse la France de participer à la « déstabilisation » du Moyen-Orient en y vendant des armes. Une réaction officielle de Téhéran alors qu’un très gros contrat de ventes d’armes a été conclu ces derniers jours entre la France et les Émirats arabes unis.

« La militarisation de notre région est inacceptable » et les armes que la France vend aux pays arabes du Golfe « sont à l’origine des troubles que nous constatons ». Des propos acerbes, tenus ce lundi 6 décembre par le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères.

La critique fait suite à la visite d’Emmanuel Macron ces derniers jours aux Émirats arabes unis, au Qatar et en Arabie saoudite. Ces trois monarchies arabes du Golfe, voisines de l’Iran, sont aussi trois alliés de la France et trois gros clients de son industrie de défense.

Le président français est rentré à Paris avec un contrat historique : la vente de 80 avions français Rafale aux Émirats arabes unis, pour 14 milliards d’euros. Le total avoisine les 17 milliards d’euros, si l’on ajoute les autres contrats de vente d’armes.

Ouvrir une nouvelle page entre les deux pays

Tout en fustigeant ces exportations d’armes françaises à ses rivaux du Golfe, l’Iran esquisse un rapprochement avec les Émirats arabes unis, dont le conseiller à la Sécurité nationale Cheikh Tahnoun ben Zayed a effectué une visite remarquée ce lundi à Téhéran. C’est la première visite du genre depuis 2016.

Cette visite est l’occasion pour un responsable iranien de souhaiter ouvrir « une nouvelle page » dans la relation entre les deux pays. Un défi de taille puisque les Émirats arabes unis entretiennent leur proximité avec les Occidentaux et ont même normalisé leurs relations l’année dernière avec Israël, l’ennemi juré de la République islamique.

Un positionnement stratégique qui n’empêche pas cette monarchie du Golfe de briser des tabous : les Émirats arabes unis ont en effet rétabli leurs relations avec la Syrie de Bachar el-Assad, soutenue par l’Iran.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.