La géoscience pour apporter une plus-value dans la gestion des ressources minérales

 La géoscience pour apporter une plus-value dans la gestion des ressources minérales

Le ministre d’Etat, en charge des industries minières et de la géologie, Pierre Oba a relevé le 11 avril à Brazzaville que, la présente session d’information venait à point nommé pour apporter la plus-value dans la gestion des ressources minérales nationales, améliorer la visibilité des secteurs géologiques africains sur le plan international.

La session d’information s’assigne entre autres objectifs, de disposer des ressources humaines qualifiées dans la gestion au quotidien de l’espace géographique, aider à la décision dans la gestion des secteurs miniers, anticiper sur les titres miniers, encourager une exploitation transparente, équitable et optimales des ressources minérales,  pour soutenir une croissance durable  à base élargie et le développement socioéconomique telle que dans la vision minière africaine soutenue par les Chefs d’Etats et de gouvernements en 2009  à Addis -Abeba  et attirer des potentiels investisseurs , a souligné le ministre Pierre Oba, à l’ouverture de session de gestion de l’information relative à la géoscience.

Il a estimé que le continent africain en général et le Congo en particulier dispose indéniablement des ressources minérales en quantité suffisante pour asseoir des politiques cohérentes de développement.

« Malgré ce potentiel important minier de nos pays, la formation des cadres demeure un défaut majeur pour les pays africains, au regard de la complicité des technologies en termes d’exploration et d’exploitation minières dont la maitrise nous échappe jusqu’alors », a dit le ministre Pierre Oba.

Il a rappelé que l’exploration et l’exploitation minière en Afrique remonte à l’époque qualifiée de pionnier située entre 1875 et 1914. Mais ces ressources n’ont pas contribué au développement de l’Afrique ce, pour plusieurs raisons. Parmi lesquelles, l’absence d’un système de gestion des informations géoscientifiques modernes et efficaces, couplée au manque de visibilité des secteurs miniers africains sur le plan international.

Intervenant à cette session, le directeur des infrastructures et services numériques informations en français, le Dr Marc Urvois a dans sa présentation, indiqué que la seconde phase de la session d’information est dotée d’un budget de 9 millions d’euros environ près de 5 milliards 90 millions de francs CFA, cofinancement à hauteur de 90 % par l’Union européenne et 10 % par le service de consortium des services de géologie européen.

Ce programme a permis d’identifier en concertation avec les pays africains, les grands thèmes dont il fallait porter les efforts, d’échanges de connaissances. Le fil conducteur qui est l’objet du cadrage à haut niveau est axé sur l’évaluation des connaissances, des ressources du sous-sol et en particulier des ressources minérales. Il n’y a pas de partenariat non seulement de coopération mais également économique dans la politique de l’Union européenne, a- t-il poursuivi.

L’attachée de Coopération près l’ambassade de France au Congo Anne Fabien a notifié que le renforcement des services géologiques africains est une priorité pour les Etats africains et européens, afin d’améliorer la gouvernance de service minier, et assurer un déploiement plus équilibré lié à l’exploitation des ressources minérales, ajoutant que le programme PANAFGEO est le plus important programme en géoscience jamais entrepris sur ce continent.

Cette session en gestion d’information géoscientifique menée par le Service de géologie français (BRGM) vise essentiellement à améliorer les connaissances du personnel technique et scientifique dans le domaine de la science de la cartographie et de système d’information géographique, a-t-elle conclu.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *