Le Franco-congolais Camille Miansoni, nouveau procureur de Brest

 Le Franco-congolais Camille Miansoni, nouveau procureur de Brest

Après trois ans et demi à Mamoudzou, le premier procureur de la République noir à exercer à Mayotte a été muté à Brest,  succédant à Jean-Philippe Récappé

Camille Miansoni était arrivé à Mayotte, le 17 mars 2017, dans un contexte on ne peut plus compliqué. C’était une destination qu’il avait choisie et non subie, avait-il tenu à préciser à son arrivée dans l’île.

Trois ans et demi après, il a été muté de Mayotte à Brest, quittant l’île dans un contexte sécuritaire assez tendu où son action était très critiquée par la population. Mais si l’on en croit son supérieur hiérarchique, le procureur général auprès de la cour d’appel de la Réunion Denis Chausserie-Laprée, ce départ du procureur n’est lié à aucune quelconque demande de qui que ce soit. Il s’agit, au contraire, d’une promotion sur le tribunal judicaire de Brest, un mouvement qui était prévu déjà depuis plusieurs mois.

Le nouvel homme fort du parquet, exerçant ses fonctions de procureur de la République près le tribunal judiciaire de Brest, depuis le 1er décembre de l’année dernière, semble toutefois avoir le cuir solide. Il se concentre sur sa priorité : le trafic de stupéfiants à Brest, aime-t-il confier.

Camille Miansoni estné en 1966, au Congo, élevé par une mère agricultrice et un père bibliothécaire. À 24 ans, son master en poche, il part en France dans une auberge de jeunesse. Avec son statut d’étranger, il passe le concours de l’Inserm, le seul concours de la fonction publique qui lui était ouvert. C’est au sein de cet institut qu’il a gravi les échelons, avant d’accéder à la nationalité et de changer d’administration pour finir magistrat.

Selon un proche du procureur, le haut fonctionnaire français a toujours été à l’écoute des associations œuvrant dans le cadre de la coopération décentralisée entre la France et le Congo, son pays d’origine.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.