Le grand deal économique du pasteur Willy Nguesso

 Le grand deal économique du pasteur Willy Nguesso

La holding chinoise Bestway Finance Limited basée à Hong Kong, via sa filiale congolaise, Sangha Mining Development Limited, nouvellement créée et dirigée par son actionnaire unique Wilfrid César Nguesso, vient d’opérer une meilleure OPA(offre publique d’achat) des mines congolaises.

Il avait annoncé, au grand dam de ses camarades de la Majorité présidentielle, son retrait de la vie politique nationale pour se consacrer au travail de Dieu. C’était peu avant la grande agitation politique qui avait précédé le changement de constitution de 2002. En 2016, Wilfrid et son épouse Claudia se faisaient consacrer pasteurs évangélistes de l’église « Jésus Christ source d’Eau vive ». N’empeche qu’en 2021, le président fondateur du club 2002 pur, un parti de la majorité présidentielle, est redescendu dans l’arène politique congolaise pour soutenir, avec de gros moyens financiers et logistiques, la campagne de son oncle de président Denis Sassou Nguesso.

Selon nos sources, c’est Wilfrid Nguesso qui a introduit Bestway Finance Ltd au Congo. Difficile de ne pas voir l’ombre du puissant professeur Shihai Zhao, VRP de Bestway Finance, aperçu à Brazzaville lors de la signature de la convention d’exploitation signée le 16 mars dernier.

Pour la petite histoire, de très discrètes négociations auraient eu lieu entre le VRP Wilfrid et les hongkongais. Qui s’engagent à révolutionner le secteur minier au Congo. En guise de paiement de ticket d’entrée, selon le jargon usité pour designer une entreprise qui opère son premier investissement dans un pays, les chinois devraient payer 2 milliards de dollars us(si ce n’est déjà chose faite), soit 1000 milliards de FCFA au Congo. « Du jamais vu dans le secteur minier en Afrique »! Fait remarquer un expert du secteur.

Mieux, ils ambitionnent de construire un port minaralier à Pointe-Noire et un chemin de fer qui va relier Ouesso au port minaralier. Les mêmes projections sont faites au Cameroun, avec lequel le Congo se partage le gisement de fer de Mbalam-Nabeba, situé de part et d’autre de la frontière entre les deux pays. Avant d’en arriver là, les chinois auraient exigé le retrait de tous les permis d’exploration attribués aux entreprises minières incapables, dont deux en exploitation. Il convient de noter que le secteur minier congolais, présenté comme l’une des solutions de la diversification économique, n’a pas jusqu’ici produit le cash et le développement socio-économique tant attendus.

Une valeur ajoutée qu’entend apporter Bestway Finance Ldt. La plus importante, l’australienne Sundance, qui avait traîné le Congo devant la Chambre d’arbitrage de Londres, a trouvé un terrain d’attente avec les nouveaux repreneurs chinois. Par cet acte de haute portée, surtout au moment où le Congo est en panne sèche financière, Wilfrid César Nguesso, longtemps dans le flop, rebondit sur le plan politique. Son principal lieutenant politique et ami, Juste Moundélé, pourrait, chuchote t-on dans les milieux proches de Wilfrid Nguesso, faire son entrée au gouvernement. De discrètes voix le voient tantôt comme ministre des postes et télécommunications; tantôt comme ministre du développement industriel.

Wilfrid travaille également, selon nos informations, en silence, dans l’amélioration de l’image de son oncle de président, à travers le magazine Grand Congo dirigé par son frère en Christ…La question, sans réponse, qu’il faut cependant se poser est le culte du secret à la chinoise qui entoure les termes de référence de ce contrat. Et pourquoi c’est Wilfrid Nguesso qui dirige la filiale congolaise de Bestway finance limited comme actionnaire unique? Pourquoi le fruit du paiement du ticket d’entrée, soit 1000 milliards de FCFA, n’a-t-il pas encore atterri dans le compte de la direction générale du trésor ?

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.