Le président congolais Tshisekedi dénonce « la énième agression » rwandaise

 Le président congolais Tshisekedi dénonce « la énième agression » rwandaise

Le président de la RDC Félix Tshisekedi a déploré jeudi, jour du 62e anniversaire de l’indépendance de son pays, « la énième agression de la part du Rwanda » et affirmé sa détermination à opposer un « double front diplomatique et militaire » aux violences dans l’est.

« La célébration de ce jour a lieu dans un contexte sécuritaire particulièrement préoccupant, qui affecte notre existence en tant que nation », a déclaré le président dans une allocution retransmise à la télévision nationale.

« Notre pays, a-t-il dit, fait face à une énième agression de la part du Rwanda, qui agit sous couvert du mouvement terroriste M23, et ce en violation de tous les accords et traités internationaux ».

Le M23, pour « Mouvement du 23 mars », est une ancienne rébellion à dominante tutsi qui, vaincue en 2013, a repris les armes en fin d’année dernière. Kinshasa accuse Kigali de soutenir cette rébellion, ce que le Rwanda nie.

« Je ne ménagerai aucun effort pour que (…) les agresseurs soient repoussés hors de notre territoire », a assuré le président congolais. « Notre option pour la paix et notre sens des relations de bon voisinage ne constituent pas une faiblesse », a-t-il affirmé, promettant d’user de « toutes les voies de droit » pour « que le peuple congolais vive définitivement dans la paix et la quiétude sur son territoire ».

Le chef de l’Etat a défendu l’instauration en mai 2021 de l’état de siège dans deux provinces de l’est, l’Ituri et le Nord-Kivu, en proie depuis près de 30 ans aux violences de groupes armés. Cette mesure, de plus en plus critiquée, porte ses fruits, a-t-il affirmé en substance.

Pour mettre fin à ces violences, a-t-il dit, « nous avons résolu d’orienter nos efforts vers le double front diplomatique et militaire ».

Il a notamment évoqué la récente décision de la Communauté des Etats d’Afrique de l’Est de déployer une force régionale dans l’est de la RDC « afin de contribuer à l’éradication définitive des violences et de l’insécurité ». « J’ai exigé et obtenu que le Rwanda n’y participe pas, en raison de son engagement aux côtés du groupe terroriste M23 », a-t-il martelé.

Le président congolais a aussi assuré de son soutien l’armée de RDC (les FARDC) et lancé à la population « un appel solennel à la mobilisation générale » pour « intensifier le soutien populaire sans faille qui fait tant de bien au moral » des combattants. « Mon appel s’adresse, d’une manière toute particulière, à notre jeunesse que j’invite à s’enrôler massivement dans les FARDC et dans la police nationale », a-t-il ajouté.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.