Le projet fou d’un train électrique entre Ollombo-Edou- Oyo à 10 milliards

 Le projet fou d’un train électrique entre Ollombo-Edou- Oyo à 10 milliards

Autant emporte le vent ! Rêver de copier en mal ce qui se fait ailleurs en Afrique dans l’unique but de réaliser ses petits rêves égoïstes caractérise Jean Jacques Bouya, le Haussmann de la Cuvette. Voulant imiter le Sénégal, Nigeria, l’Éthiopie ou encore la Tanzanie, la proposition de la construction d’un chemin de fer électrifié pour permettre la circulation d’un train rapide entre Ollombo-Edou – Oyo a été mise sur la table de Denis Sassou Nguesso.

Malgré qu’ils alignent des échecs dans tous les grands projets entamés, les embrouilleurs de l’Alima rêvent désormais de relier la localité sous peuplée d’Ollombo à Oyo via Edou par un train rapide électrique ( TER ). Un projet que les vrais experts déconseillent au vu du sous peuplement de cette zone qui conduira à son échec à l’instar de l’aéroport d’Ollombo.

Le Sénégal a lancé son TER qui semble résoudre le problème de la fluidité de la circulation à entre le centre et la banlieue de Dakar. La Tanzanie est le dernier pays africain qui est dans la phase d’essai de son train électrique. Le Congo veut aussi s’y lancer alors qu’il est incapable de réhabiliter et moderniser son chemin de fer entre Brazzaville et Pointe-Noire.

Selon l’avant projet soumis à l’approbation du chef de l’État, son coût serait de 10 milliards Cfa pour une distance de 25 km. Une centrale solaire pour alimenter la ligne ferroviaire serait construite à Oyo. Rappelons au concepteur de ce projet que l’hôtel Alima vient de fermer ses portes à cause du manque de la clientèle et qu’Oyo n’est pas une ville attrayante économiquement moins encore touristique.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.