Cancel Preloader

Le taux de croissance du Congo estimé à -1% cette année

 Le taux de croissance du Congo estimé à -1% cette année

La croissance du Produit intérieur brut (PIB) devrait se tasser de -1% en 2021, soit une nette amélioration par rapport à l’an dernier (-6%). La reprise progressive de la croissance en République du Congo est portée par le secteur hors pétrole, d’après la Banque centrale.

Le Comité national économique et financier (CNEF), réuni à Brazzaville le 14 juillet, s’est réjoui de la dynamique du secteur non pétrolier. En perspective, il mise sur la relance de la production pétrolière dont les prix du baril s’établissent entre 60 et 70 dollars. Le gouvernement vient d’entamer des négociations avec les pétroliers en vue de s’assurer de cette reprise.

Même si les prévisions sont optimistes pour le secteur pétrolier, le gouvernement congolais maintient son engagement pour la diversification économique, grâce à des investissements attendus dans des secteurs à fort impact socio-économique comme l’agriculture, a assuré la ministre de l’Économie, du Plan, de la statistique et de l’Intégration régionale, Ingrid Olga Ghislaine Ebouka-Babackas.

L’exécutif mise également sur la reprise des discussions avec le Fonds monétaire international (FMI). « L’économie congolaise se porte mieux qu’en 2020(…) Nous sommes dans une dynamique de réforme. Le premier programme avec le FMI qui s’est achevé nous a amené à faire des réformes et nous allons les poursuivre dans le cadre de la gouvernance du secteur public », a affirmé la ministre de l’Économie.

Préalablement aux discussions avec le FMI, le gouvernement congolais devrait faire le diagnostic de l’économie, définir une feuille de route et poser les perspectives que nous savons positives. « C’est à l’issue du diagnostic que nous allons entrer en discussions avec le FMI. Mais le gros des réformes avait été pris en compte lors du premier programme approuvé le 11 juillet 2019 », a estimé Ingrid Olga Ghislaine Ebouka-Babackas.

Le succès des réformes économiques dépendra, en partie, de la politique sanitaire et vaccinale menée par le gouvernement pour stopper la progression de la pandémie de Covid-19, a ajouté le ministre des Finances, du Budget et du Portefeuille public, Roger Rigobert Andely, qui a appelé les Congolais à aller se faire vacciner.       

La rédaction

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *