Législatives et locales 2022 : la révision des listes électorales démarre le 4 avril

 Législatives et locales 2022 : la révision des listes électorales démarre le 4 avril

Le ministre de l’Administration du territoire, de la Décentralisation et du Développement local, Guy Georges Mbacka, a annoncé le 18 mars, lors d’une rencontre avec les administrateurs-maires de Brazzaville, que les opérations de révision des listes électorales se dérouleront du 4 au 30 avril prochain sur toute l’étendue du territoire national.  

Conformément aux recommandations de la concertation politique d’Owando, tenue du 3 au 5 mars, la révision des listes électorales se fera par circonscription. Ainsi, les opérations consisteront, entre autres, au toilettage des listes existantes, c’est-à-dire à extirper les doublons, les décédés, bref les fictifs. En effet, face aux administrateurs-maires des neuf arrondissements, en présence du préfet et maire de Brazzaville, Guy Georges Mbacka a appelé ces commis de l’Etat au sens de responsabilité et de citoyenneté.

« A partir du 4 avril, nous allons mettre en place les commissions locales de révision des listes électorales. Dès la semaine prochaine, vous serez en possession des listes électorales de vos circonscriptions respectives. C’est une opération que vous connaissez très bien puisque vous la maîtrisez, sauf qu’il y a une touche particulière en rapport avec les recommandations d’Owando », a précisé le ministre.

Après la réception des listes au niveau des commissions locales, les acteurs choisis vont les multiplier en passant en revue tous les noms qui s’y trouvent afin d’en extirper les doublons s’il y en a, les personnes décédées et les autres fictifs. Après ce toilettage, s’en suivra l’enrôlement des jeunes ayant atteint l’âge de voter. « La liste de base doit être celle qui a servi à la dernière élection présidentielle et celle de 2017 concernant les éléments de la force publique. Après le toilettage, ces listes doivent être affichées. Il y a des gens qui se sont faits inscrire mais qui n’ont malheureusement pas retrouvé leurs noms sur les listes définitives, par le passé », a insisté Guy Georges Mbacka.

Selon lui, après toutes ces opérations, les administrateurs-maires valideront, dans des délais véritablement courts, le corps électoral de leurs entités respectives sans passer par la Direction générale des affaires électorales qui a montré ses limites. L’administration électorale mettra à la disposition des commissions locales son site internet. Les listes que les commissions locales valideront seront saisies sur place dans les arrondissements. Ce sont ces listes qui seront affichées dans les bureaux de vote. Au plus tard, le 6 mai, le corps électoral sera connu.

Sortir un corps électoral crédible

S’agissant de la composition des commissions locales de révision des listes électorales, le ministre en charge de l’Administration du territoire a invité les administrateurs-maires de Brazzaville à la vigilance afin que les représentants de chaque parti ou groupement politique soient résidents des arrondissements. Ceci conformément à l’esprit de la concertation politique d’Owando. « Pour éviter la fraude, les représentants des partis désignés doivent résider dans les arrondissements concernés. Il faut faire évoluer les choses de manière positive », a-t-il poursuivi, précisant que l’administration n’est pas le clientélisme  

S’exprimant au nom de tous les participants, l’administrateur-maire de Ouenzé, Marcel Nganongo, a présenté quelques difficultés qu’ils rencontrent dans l’exercice de leurs fonctions. Il s’agit, entre autres, du manque de moyens roulants et les questions d’électricité qui pourraient perturber les opérations.

Répondant à ces doléances, le ministre a rappelé qu’en dépit du fait que le budget alloué à ce double scrutin ne soit pas significatif, le gouvernement a pris toutes les dispositions pour doter chacune des 123 circonscriptions électorales d’un moyen roulant. Des groupes électrogènes sont prévus pour des départements de l’intérieur du pays. « Owando a eu quand même une particularité, parce qu’il y a eu une avancée sur l’ensemble des points qui étaient en suspens, des points récurrents. Il y a eu une évolution, le gouvernement a évolué sur un certain nombre d’aspects. La décentralisation de l’édition des listes et des cartes d’électeurs, c’est une innovation fondamentale ainsi que le toilettage.  Nous serons tous là, nous allons sortir un corps électoral crédible. Les commissions locales sont présidées par l’administration, les vice-présidents sont issus des partis politiques et de la société civile », a conclu Guy Georges Mbacka.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.