L’Eglise kimbanguiste de Brazzaville bientôt dotée d’une radio-télévision

 L’Eglise kimbanguiste de Brazzaville bientôt dotée d’une radio-télévision

L’autorisation d’implanter la radio-télévision kimbanguiste (Ratelki) a été donné à l’Eglise Kimbanguiste de Brazzaville par le président du Conseil supérieur de la liberté de communication (CSLC), Philippe Mvouo, le 17 juillet.

Sitôt l’autorisation donnée, les fidèles de l’Eglise kimbanguiste sous la houlette de leur chef spirituel, représentant légal, Simon Kimbangu Kiangani, ont lancé une quête pour l’obtention de quinze millions comme cahier des charges pour couvrir ce besoin, celui de l’achat du matériel et de l’implantation de cette chaine de radio.

N’ayant pas une vache à lait, ils réalisent toutes ces œuvres grâce aux contributions des fidèles, comme l’a expliqué le révérend Sébastien Elion, représentant légal deuxième suppléant, au département de la presse et information. « Le lancement de la quête a eu lieu, le 17 juillet, dès que le président du CSLC, le ministre Philippe Mvouo, nous avait donné l’autorisation d’implanter la Ratelki. Le jour même, nous avons lancé la quête. Il nous fallait quinze millions de FCFA. Sur le champ, Brazzaville a totalisé treize millions de FCFA. Les amis de la diaspora ont envoyé aussi leur contribution. Et du coup, nous avons obtenu ce qu’il fallait pour l’implantation de la radio. Cependant, la quête continue jusqu’à l’obtention d’une chaîne de télévision. Pour le moment, nous lançons la radio pendant que le chef spirituel est à Brazzaville », a expliqué le révérend Sébastien Elion.

Le 24 juillet, le directeur technique général de Ratelki/ Kinshasa, l’ingénieur Dady Mavambou, a présenté le matériel acquis au chef spirituel, représentant légal de l’Eglise kimbanguiste, Simon Kimbangu Kiangani, en présence de la presse. Il s’agit d’un émetteur d’une puissance de 1000 watt, donc 11 kilo. Pour propager le son, la capacité dépendra de la hauteur de la pilonne qui a une puissance de 1 kilowatt, a-t-il expliqué« Ce n’est pas pour la première fois que nous montons la Ratelki, c’est la quatrième station que nous montons. Souvent nous collaborons avec une entreprise française dénommée Médiamat. Aujourd’hui, nous avons présenté le people, l’amplificateur, la table de mixage, deux ordinateurs fixes, les micros, … C’est complet. Pour l’heure, on peut dire que tout est fin prêt. On attend plus que la fin des travaux du bâtiment qui va abriter la radio. On suppose que d’ici le 15 août, la chaîne de radio Ratelki sera lancée », a signifié l’ingénieur Dady Mavambou. Notons que bien avant Brazzaville, Pointe-Noire abrite déjà une chaîne de radio Ratelki.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.