Les autorités camerounaises préparent une riposte médiatique face à l’hésitation vaccinale

 Les autorités camerounaises préparent une riposte médiatique face à l’hésitation vaccinale

Au Cameroun, un tiers des stocks de vaccin reçus en avril dernier se rapproche de leur date de péremption. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Cameroun occupe le 7e rang parmi 19 pays d’Afrique subsaharienne concernés par cette situation.

Le gouvernement a décidé d’intensifier la vaccination dans les prochains jours pour espérer inverser la tendance. « L’ambition du gouvernement est de vacciner au moins 20% de sa population totale avant l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations qui aura lieu dans notre pays dès janvier 2022″, souligne le ministre de la santé publique Malachie Manaouda.

Epuiser les doses reçues

Selon les chiffres officiels, le taux global de vaccination du pays est de 15,07% depuis son lancement le 11 avril dernier. Et pourtant, le Cameroun a reçu 591.000 doses des vaccins Sinopharm et Astra Zeneca, mais seules 89.100 doses ont pu être injectées à la date du 16 juin, d’après le programme élargi de vaccination.

« Nous avons déjà reçu la demande d’un pays sud-américain qui nous a dit que si vous n’arrivez pas à consommer les vaccins, nous on en veut, donc nous devons multiplier les stratégies afin de convaincre les autres à se faire vacciner », a fait savoirle ministre Manaouda.

Le personnel de santé a-t-il boudé la vaccination ?

Le taux de couverture vaccinale du personnel de santé est de 22%. Et pourtant ce personnel a été désigné prioritaire pour recevoir les premières doses de vaccin.

Par ailleurs, sur les 70.300 personnes ayant reçu la première dose de vaccin contre le Covid-19, seules 16.200 personnes ont pris la seconde.

« Nous avons une situation paradoxale en Afrique: nous avons des pays qui manquent de vaccin et qui cherchent le vaccin désespérément je peux citer l’exemple des pays comme le Rwanda, la Côte d’Ivoire, le Ghana. De l’autre côté, vous avez des pays où le vaccin risque d’expirer et l’exemple le plus spectaculaire c’est les pays de l’Afrique centrale », s’est inquiété le docteur Phanuel Habimana, représentant résident de l’OMS au Cameroun.

Nouveaux challenges

Le représentant de l’OMS au Cameroun rappelle qu’au « niveau de la région africaine, l’urgence c’est d’obtenir 20 millions de vaccins pour permettre pour atteindre 10% de nos populations vaccinées à la fin du mois de septembre et 30% à la fin du mois de décembre ».

Le gouvernement a annoncé une nouvelle campagne de vaccination plus intense du 7 au 11 juillet. Elle est ouverte aux personnes âgées de plus de 18 ans.

« Nous voulons encourager nos compatriotes à vaincre la peur, à s’éloigner des suspicions, des idées préconçues qui sont véhiculées ici et là contre le vaccin », souligne à ce propos René Emmanuel Sadi, ministre de la communication et porte-parole du gouvernement.

« Nous allons également associer les leaders d’opinion, les responsables des partis politiques, les responsables religieux, les médias du secteur public et privé pour cette nouvelle campagne car la plupart des pays du monde vont vers le vaccin qui est aujourd’hui la seule façon de pouvoir faire face à l’évolution de la pandémie »ajoute M. Sadi.

Plus de 5 millions et demi de doses de vaccins ont été précommandés pour ce second tour de vaccination. Mais une grande partie du stock constitué du vaccin Johnson and Johnson,soit 5 millions de doses, ne sera mise à la disposition du Cameroun qu’après épuisement du stock actuel qui reste à consommer.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.