Les cent jours de Denis Bernard Raiche à la tête du CHU-B

Le travail fait par le Canadien depuis son installation au poste de directeur général du Centre hospitalier et universitaire de Brazzaville (CHU-B), le 28 septembre 2020, s’avère appréciable en dépit de nombreux défis qui restent à relever.

« Au niveau du CHU-B, on est en train d’aménager les services des urgences; des consultations externes même si techniquement il y a encore beaucoup à faire », déclarait le directeur général des soins et services de santé, le Pr Henri Monabeka, à l’issue de la 7e réunion du comité suivi et évaluation de l’exécution du partenariat entre le CHU-B et l’Unité de santé internationale de l’Université de Montréal au Canada.

Quelques réalisations

En dehors des travaux d’aménagement en cours des services des urgences et des consultations externes, le CHU-B vient d’acquérir un équipement pour réaliser des opérations chirurgicales par voie télescopique afin de limiter les cicatrices, réduire les douleurs post-opératoires, les risques d’infections et la durée d’hospitalisation. Effectué le 2 février dernier, le premier essai dudit équipement a été un succès.

Le pavillon de prise en charge de la Covid-19 et d’autres épidémies a été équipé en lits électriques, respirateurs, aspirateurs, défibrillateurs, gazomètres et autres appareils de haute technologie pour la gestion d’un malade en urgence.

En matière de ressources humaines des formations ont été organisées et des tests de sélection en vue de disposer d’un personnel qualifié. Sur le plan administratif, la révision des textes est engagée pour l’établissement d’un nouvel organigramme. « Le nouvel organigramme est un outil de gestion qui vise à améliorer les liens fonctionnels au sein de la structure », estime le Dr Denis Bernard Raiche.

Encore des défis

Visiblement, les défis à relever au CHU-B sont plus nombreux que les réalisations car il n’est pas possible de tout changer en cent jours. Pour atteindre d’autres objectifs fixés, la structure hospitalière a bénéficié d’un crédit de douze milliards de FCFA de la Banque de développement des États de l’Afrique centrale. Avec ces fonds, le directeur général s’est fixé comme objectifs de revoir l’entièreté du système électrique. « Cela permettra d’assurer la continuité des soins à la population dans les services vitaux comme la réanimation, le bloc opératoire, les soins intensifs, la néonatologie… », a fait savoir le directeur général du CHU-B, lors d’une conférence de presse à Brazzaville. L’uniformité d’approvisionnement en électricité sur l’ensemble des services contribuera également à la protection des équipements car les coupures intempestives peuvent gâcher l’investissement.

D’ici à juin 2021, le CHU-B souhaite acquérir des équipements aux fins d’améliorer la qualité des soins et permettre au personnel de ne rien manquer pour atteindre cet objectif. L’ensemble de la toiture des bâtiments est à revoir, le circuit de prise en charge des malades de la réception à l’orientation au service sollicité mérite d’être amélioré… Les défis à relever pour le temps qui reste sont nombreux.

La population, quant à elle, attend les retombées de la nouvelle gouvernance du CHU-B en termes d’offre des soins de qualité à moindre coût.  

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.