Cancel Preloader

Les fiches techniques des 12 équipes de la Basketball Africa League

 Les fiches techniques des 12 équipes de la Basketball Africa League

Le Congolais.fr vous présente les 12 équipes qui s’affronteront à partir du 16 mai à Kigali pour la Basketball Africa League (BAL). 

Zamalek (Egypte)

Fondé en 1911 et deuxième club le plus titré d’Égypte derrière Al Ittihad (25 titres nationaux remportés), le Zamalek, club basé au Caire, se présente à cette première édition de la Basketball Africa League avec la casquette d’équipe redoutable. Mais s’il domine à l’échelle nationale, sa moisson continentale n’est pas aussi reluisante, seulement 1 titre enlevé en 1992 où le club cairote a décroché la Coupe d’Afrique des clubs champions. Les Égyptiens ont une poisse, 4 finales perdues dans cette compétition dont la dernière en 1998. Pour la BAL, le champion national 2019 voudrait monter sur le graal pour mettre fin à près de 30 ans de disette en compétition continentale. Pour ce faire, le Zamalek devra d’abord se sortir du groupe C. Des espoirs que les Égyptiens font reposer sur les épaules de l’ensemble des joueurs, mais surtout de l’expérimenté Amro Sherif, 30 ans, qui joue en équipe nationale depuis ses 18 ans.

AS Salé (Maroc)

Le Maroc est représenté à cette Basketball Africa League à travers l’Association Sportive Salé, fondée en 1928 et sept fois championne nationale. L’équipe a joué dans la Division Excellence, le championnat d’élite, pendant de nombreuses années, mais n’a remporté son premier titre de champion qu’en 2010. En 2017, Salé monte sur le toit de l’Afrique, sacrée vainqueur de la FIBA Africa Champions Cup, le premier titre international du club. L’année suivante, l’équipe est encore en finale dans cette même compétition, mais cette fois la marche a été trop haute pour elle face au club le plus titré du continent : Primeiro de Agosto d’Angola. Les Marocains ont arraché leur ticket pour la BAL en tant que champions nationaux 2019. Sous les ordres du coach Said El Bouzidi, celui-là même qui leur a offert leur seul titre continental en 2017, l’AS Salé compte sur des joueurs expérimentés de l’équipe nationale marocaine comme Abderrahim Najah, Zakaria El Masbahi et Soufiane Kourdou.

US Monastir (Tunisie)

L’Union sportive de Monastir est un club tunisien fondé en 1959. L’équipe gravit régulièrement les échelons jusqu’au début des années 1990, avec sa montée en division première où elle s’impose parmi l’élite. Le palmarès du club est impressionant.

Il collectionne les places d’honneur : troisième du championnat en 1990-1991, quatrième en 1995-1996, avant de remporter son premier titre en 1997-1998 sous la direction d’Adel Tlatli et Saber Hafsi. Il récidive en 1999-2000 et en 2004-2005. Il est, par ailleurs, finaliste de la coupe de Tunisie consécutivement entre 2014 et 2017, ce qui fait de Monastir l’un des fiefs du basketball national. Pour la BAL, l’US Monastir est conduit par son coach Soufiane Ferjani et son capitaine Rhadouane Slimani.

Rivers Hoopers (Nigéria)

Les Nigerians de Rivers Hoopers sont basés à Port Harcourt. Fondée en 2009 sous le nom de Royal Hoopers, l’équipe joue dans la Premier League nigériane depuis sa création. Les Hoopers ont remporté le championnat national à trois reprises, avec des titres consécutifs en 2011 et 2012. Leur dernier sacre remonte à 2019. Ils sont sous les ordres de l’entraineur Ogoh Odaudu et la responsabilité de leur capitaine Belema Alamina. Les Hoopers ont signé l’ancien arrière de la NBA Ben Uzoh, ainsi que le duo américain Taren Sullivan et Chris Daniels. Ils ont perdu la star nigériane Festus Ezeli en raison d’une blessure. Son remplaçant n’est autre que l’international ougandais Robinson Odoch Opong, très convoité par d’autres équipes de la BAL. Les Hoopers affrontent les Patriots du Rwanda en match d’ouverture de la Basketball Africa league.

FAP (Cameroun)
Créé en 1972 à Yaoundé, Forces Armées et Police Basketball, connue sous le nom de FAP Yaoundé, est l’équipe de basket des forces armées et de la police camerounaises. En novembre 2019, après avoir battu Abidjan Basketball Club en demi-finale du tournoi qualificatif, dans la Division Ouest, FAP représente le Cameroun à cette première édition de la nouvelle Basketball Africa League (BAL). Les Camerounais ont réussi leur premier tour des éliminatoires, mais ont mieux fait au second. Sur le plan national, en 2020, FAP a remporté son premier titre dans la compétition camerounaise, Elite Messieurs pendant laquelle le club est resté invaincu tout au long du tournoi. Pour la BAL, FAP peut compter sur son entraîneur Lazare Adingono, l’Américano-camerounais qui est un ancien joueur de Basketball.

Patriots (Rwanda)

Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années. Cet adage s’applique bien au club rwandais des Patriots BBC fondé en 2014 par un groupe de dirigeants d’entreprises. Deux ans plus tard, les Patriots ont remporté leur premier championnat national. En 2019, ils décrochent leur quatrième titre de champion dans la Kigali Arena, à guichets fermés. Un début de vie tonitruant dans le basketball national que les Pariots voudront confirmer à l’échelle continentale à la faveur de cette Basketball Africa League dont ils abritent la première édition. Bien évidemment, Covid-19 oblige, les Rwandais ne pourront pas bénéficier du soutien direct de leurs supporters dans les gradins, mais ils conservent l’avantage de jouer dans une enceinte qu’ils connaissent. Ces nouveaux venus dans le basketball africain se donnent les moyens de leurs ambitions en engageant l’Américain Alan Major comme nouvel entraîneur-chef en avril dernier. Saura-t-il mettre sur pieds des éléments compétitifs à la hauteur des ambitions du club pour cette BAL ? Une chose est sûre, l’apprentissage au niveau continental ne s’annonce pas facile.

AS Police (Mali)

Arborant fièrement les couleurs bleue, jaune et blanche, l’AS Police, une équipe de Basketball de la capitale malienne, Bamako, s’est hissée au sommet du podium national en 2019, remportant le championnat du Mali avec un score parfait de 9 victoires, zéro défaite. Un titre qui lui a permis de disputer les qualifications pour la BAL. Au premier tour, l’équipe a terminé première du groupe A. C’est finalement en décembre que l’AS police a arraché son ticket, le dernier disponible pour la saison inaugurale de la Basketball Africa League, après s’être imposée de justesse à Yaoundé face à Abidjan Basketball Club. Une chance qui emmène les Maliens à Kigali, mais sur laquelle ils ne sauront exclusivement reposer leurs espoirs de sortir de la phase de poule. Si l’AS Police a surclassé le championnat malien ces dernières années, alignant deux titres 2019 et 2020, l’entraineur Moussa Sogoré et le capitaine Samaké Badra savent qu’ils jouent gros, eux qui viennent d’un pays réputé de basketball.

GSP (Algérie)

Le Groupement Sportif des Pétroliers d’Algérie est un club centenaire. Créé en 1921, le GSP n’a formé son équipe de basketball qu’en 2008. Basé à Alger, le GSP faisait à l’origine partie du Mouloudia Club. Riche d’une grande expérience dans le domaine sportif, l’équipe surnommée « Le Doyen » a su s’imposer année après année pour remporter tous les championnats de Basketball algériens depuis 2010. Un palmarès retentissant puisque la formation est la plus titrée du pays dans la discipline. Les Algériens peuvent compter sur leur coach Mohamed Krideche avec qui ils dominent le championnat national, mais aussi et surtout sur Mohamed Sedik TOUATI, 34 ans, avec sa moyenne de 15 points et 9 rebonds par match cette saison. Il a été le principal artisan de leur qualification lors du match décisif, à Yaoundé, face à l’AS police du Mali. Mohamed Sedik TOUATI avait alors réalisé un double-double avec 17 points et 17 rebonds.

GNBC (Madagascar)

Créé en 2012, donc après à peine 9 ans d’existence, Gendarmérie Nationale Basket Club fait figure d’outsider à la Basketball Africa League. Le club a pourtant montré qu’il mérite bien d’être là en arrachant sa qualification dans la Kigali Arena en même temps que le pays hôte, le Rwanda, lors des éliminatoires de la Division Est. Une qualification décrochée devant les redoutés Mozambicains de Ferroviario de Maputo. Pour se faire, GNBC a dû combler un écart de 21 points pour battre le Champion du Mozambique, 94-90. Constant Fabrice Mandimbison, qui a été très régulier dans les éliminatoires, est à surveiller de près. Il a enregistré un double double impressionnant avec 22 points et 10 rebonds pour mener le club malgache à cette qualification. De quoi donner des ailes à cette formation qui, malgré son jeune âge, a été championne de Madagascar entre 2016-2019, Vice-championne de l’océan Indien en 2016 et qualifiée pour le championnat d’Afrique des clubs en 2019.

Ferroviaro Maputo (Mozambique)

Ferroviário de Maputo est une institution sportive publique ayant 96 ans d’existence. Fondé en 1924, le club basé à Maputo, au Mozambique, ne mettra sa section basketball en place qu’en 1960 et a dû attendre 45 ans avant d’atteindre le sommet national de la balle au panier. C’est en 2005 que les Locomotives, surnom de cette formation, ont remporté leur premier championnat national. Ils ne lâchent plus rien, ou presque, depuis lors. S’en suivra une domination totale du basket national avec 9 titres de champions du Mozambique dont 4 consécutifs entre 2005 et 2009.

Le club est porté par son coach Milagre Macome et son ailier fort, l’espagnol Alvaro Calvo, élu MVP en 2018 et 2019. Les Mozambicains ont sécurisé leur place à la BAL en battant les City Oilers de l’Ouganda 74 à 57 avec 20 points d’Alvaro Calvo. Ils sont réputés pour leur solide défense.

AS Douanes (Sénégal)

Créée en 1980 à Dakar au Sénégal, l’Association Sportive des Douanes, AS Douanes, remporte sa première grande compétition sénégalaise huit ans plus tard. Les « Gabelous », comme on les surnomme, comptent neuf titres de champions du Sénégal, dont quatre consécutifs de 2016 à 2019. Leur entraîneur Mamadou Gueye est nommé « Meilleur entraîneur » chaque année depuis 2016. L’équipe a une longue histoire de joueurs sélectionnés pour représenter l’équipe nationale du Sénégal dans des compétitions internationales. La nouvelle recrue américaine, l’ailier Chris Cockley, a rejoint ses coéquipiers début mai et sera aux côtés de l’ailier fort Pape Diop, un autre joueur à suivre de près. En plus de Chris, les Gabelous ont engagé deux autres joueurs, l’Égyptien Hassan Attia et l’international sénégalais Pape Modou Mbaye. L’objectif de l’AS Douanes à cette BAL : figurer dans le top 8 après 17 ans d’absence de la scène continentale.

Petro Luanda (Angola)

Le club angolais de basketball Petro Luanda fait partie des plus anciens clubs de basket du continent. Fondé en 1980, il a depuis lors raflé de nombreux trophées nationaux et internationaux avec notamment une douzaine de fois la Coupe d’Angola entre 1990 et 2014. Le club fait partie des poids lourds du continent en matière de basketball, ayant remporté deux fois le titre de champion d’Afrique FIBA. Son nouveau coach, le brésilien José Neto, compte sur une équipe relativement jeune, mais expérimentée avec une taille moyenne des joueurs estimée à 1.94m et une moyenne d’âge de 27 ans. Parmi les joueurs à surveiller, le jeune ailier de 22 ans Melvyn Da Silva, transfuge en 2020 du club français Vichy Clermont, le meneur de jeu américain Antwan Scott ou encore le l’ailier fort Aboubakar Gakou.

La rédaction

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *