L’inconscience et le mépris ne peuvent pas s’arrêter

 L’inconscience et le mépris ne peuvent pas s’arrêter

Le Président Sassou Nguesso n’arrête pas de rembrunir ses concitoyens. Alors qu’ils attendaient qu’il agisse fermement et froidement, voilà qu’il fait dans l’émotionnel.

Après le très controversé Gilbert Ondongo nommé conseiller spécial avec rang de ministre d’état, Adelaïde Moungany vient d’être bombardée à son tour conseillère spéciale avec des attributions qui l’encombreront plutôt que de servir le Congo.

A ce compte-là, tous les recalés seront repêchés et le pillage pourra recommencer. Au fond, le Président n’a jamais dit qu’il était venu pour réaliser le Congo, ça se saurait.

Il a organisé depuis un peu plus de 20 ans une caste de copains, de coquins et de minables accompagnateurs, et la fête ne peut plus s’arrêter. L’acharnement des congolais à vouloir l’action du président à l’endroit, c’est la faute aux congolais, lui importe la félicité du pouvoir et sa conservation.

Alors, quand l’homme parle de corruption et d’antivaleurs dans tous ses discours et semble incapable de désigner ou de sanctionner un seul auteur de ces tares qui minent notre projet commun, devrons-nous avoir des doutes sur le fait qu’il soit le promoteur et principal artisan de tous les maux qui déchirent les tissus social et économique de notre pays ?

La réponse est connue de tous. Tant pis pour ceux qui ne l’ont toujours pas compris !

Avec cette attitude passive affichée par les congolais, les gens de la ville haute, riches comme Crésus, continueront à manger du caviar à la louche et à péter dans la soie, tandis que les naïfs de la ville basse continueront à bouffer de la vache enragée.

Dans 20 ans, quand ceux qui à 30 ans continuent à se considérer et se comporter comme des enfants atteindront le demi-siècle, sans emploi et sans minimal social, alors ils pleureront comme des madeleines pour avoir porté au pinacle des femmes et des hommes sans scrupule, qui auront fracassé toute leur existence sur terre.

Le temps perdu ne se rattrape jamais. Le personnel politique actuel, qui n’a pour seul objectif que son intérêt du moment et qui accompagne un infâme mégalomane dans son avidité pour l’argent, est responsable de l’état désastreux de notre pays.

Laurent DZABA
Président du Mouvement Panafricain et Citoyen

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.