L’ONU critique l’accord migratoire entre le Rwanda et la Grande Bretagne

 L’ONU critique l’accord migratoire entre le Rwanda et la Grande Bretagne

British Home Secretary Priti Patel (L), and Rwandan Minister of Foreign Affairs and International Cooperation Vincent Biruta, shake hands after signing an agreement at Kigali Convention Center, Kigali, Rwanda on April 14, 2022. – An agreement was finally announced Thursday with Rwanda, where British Home Secretary Priti Patel visited. Asylum seekers arriving in the UK will be sent to Rwanda, under a controversial deal announced Thursday with which Boris Johnson’s government hopes to deter record-breaking illegal Channel crossings. London will initially finance the device to the tune of 120 million pounds sterling (144 million euros). (Photo by Simon WOHLFAHRT / AFP)

La Grande-Bretagne et le Rwanda critiqués pour leur plan en matière de demande d’asile. Des responsables britanniques ont annoncé le mois dernier que les migrants arrivant dans le pays, seraient envoyés au Rwanda pour que leur demande d’asile soit traitée. Certains fonctionnaires de l’ONU ont rappelé que cette mesure allait à l’encontre de la Convention internationale sur les réfugiés.

« Nous sommes un gouvernement qui, avec nos partenaires, le gouvernement du Rwanda, trouve des solutions nouvelles et innovantes aux problèmes mondiaux », a déclaré Priti Patel, ministre britannique de l’Intérieur. « Eh bien, je crains que d’autres organisations et d’autres pays, ne proposent pas d’alternatives, et le statu quo n’est tout simplement plus acceptable. »

Dès que le Royaume-Uni sera prêt à envoyer le premier groupe de demandeurs d’asile, nous serons prêts à les recevoir« , a ajouté Vincent Biruta, ministre rwandais des Affaires étrangères. « Nous avons mis en place tous les mécanismes qui sont nécessaires pour pouvoir traiter le processus de demande d’asile. Et nous travaillons également sur la logistique ».

La ministre de l’Intérieur britannique n’a pas précisé combien de personnes feraient partie de ce premier groupe, ni comment elles étaient arrivées en Grande-Bretagne, ne souhaitant pas partager les détails opérationnels du programme convenu entre les deux pays.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.