Loutété : Décès d’un grand féticheur, le médecin a refusé de le soigner

 Loutété : Décès d’un grand féticheur, le médecin a refusé de le soigner

Un grand féticheur est décédé dans la localité de Loutété au sud du  suite à une négligence médicale. Le médecin principal de l’hôpital de la localité a refusé de le traiter à cause de la mauvaise propagande qu’il faisait contre le personnel hospitalier.

Pour le médecin en chef de l’hôpital de Loutété, il était inconcevable que celui qui a passé toute sa vie à diaboliser la médecine ait recours à elle pour tenter de sauver sa propre vie. Aucun personnel médical n’a pris la peine de s’intéresser sur l’état de santé du grand féticheur Maloumba Gondé, arrivé moribond aux services d’urgence.

Il est décédé sur le chemin du village dans le véhicule qui le transportait. De son vivant, le grand féticheur Maloumba Gondé, a toujours demandé à la population de se méfier des médecins, lesquels, pour lui, ne résolvaient pas les problèmes de santé vitaux des patients.

Des patients d’ailleurs qui préféraient se confier au féticheur qu’aux médecins en cas de maladie. Un peu dépourvu de tout, l’hôpital de Loutété n’inspirait pas non plus confiance aux patients, dont, nombreux étaient obligés de se rendre à Dolisie ou Nkayi.

Le féticheur Maloumba Gondé, avait même lors d’une rencontre fortuite au marché de Loutété, proféré des insultes à l’endroit du médecin en chef de l’hôpital de Loutété. Une humiliation que le médecin n’a jamais oublié au point de refuser de recevoir le patient féticheur agonisant dans son établissement.

Au Congo, le corps médical foule aux pieds la déontologie et n’est jamais inquiété. Nombreux, sont des patients décédés faute de moyens financiers, obligatoires pour être soigner. Actuellement, le plus grand centre hospitalier du Congo est devenu un mouroir et aux mains d’un canadien.

Maloumba Gondé, grand féticheur de Loutété, qui a sauvé des vies n’a pu sauver la sienne malheureusement et s’en est allé à cause d’une négligence médicale, conséquence de la guerre qui l’opposait à l’hôpital de la localité.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.