Lutte contre le blanchiment : le dispositif congolais répond aux normes Cémac

 Lutte contre le blanchiment : le dispositif congolais répond aux normes Cémac

Après trois semaines d’audit du dispositif congolais de lutte contre le blanchiment des capitaux par le Groupe d’actions de lutte contre le blanchiment d’argent en Afrique centrale (Gabac), il ressort que le Congo respecte les normes prescrites par la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Cémac).

« La mission a audité le dispositif et le corpus réglementaire du Congo. C’est cet aspect qui est en rapport avec la conformité technique du dispositif du Congo qui, lui, ne semble pas poser beaucoup de problèmes, dans la mesure où il s’appuie sur le dispositif de la Cémac »,a indiqué Etienne Tabi Mbang, chef de mission du processus d’évaluation du Gabac au Congo, après restitution du rapport, le 25 juin, à Brazzaville.

« Comme celui de tous les Etats d’ailleurs, le dispositif congolais présente forcément un certain nombre de forces et de faiblesses pouvant faire l’objet d’une amélioration », a-t-il poursuivi, relevant que la mission est pour l’heure à l’étape préliminaire car, dans l’évaluation mutuelle des Etats, deux aspects sont pris en compte. Il s’agit de la conformité technique et les aspects liés à l’efficacité. « Il n’y avait donc pas grand problème au niveau de la conformité technique du pays au plan règlementaire », a relevé le chef de mission.

S’agissant de l’efficacité, les évaluateurs sont en train d’effectuer une analyse devant aboutir à une notation du dispositif du pays, prévue prochainement.

Rappelons qu’en République du Congo,  pour le lutter contre le blanchiment des capitaux, le pays dispose d’une Agence nationale de renseignements financiers.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.