Madame Mboulou reconnaît que son époux a falsifié la victoire de Sassou face à Mokoko en 2016

 Madame Mboulou reconnaît que son époux a falsifié la victoire de Sassou face à Mokoko en 2016

L’épouse de l’actuel ministre Zephyrin Raymond Mboulou qui vient d’être envoyée à la retraite par Rigobert Andely a fait jusqu’au dernier de la résistance en qualifiant son poste comme effort de la tricherie de son époux. Madame Mboulou a justifié sa résistance pour tous les risques pris par son mari lors de toutes les élections organisées au pays dont celle de mars 2016 qui a vu la victoire de Mokoko. Elle a dit haut ce que tout le monde dit tout bas, Sassou Nguesso n’avait recueilli que 8 % des suffrages en mars 2016.

Souvent la vérité éclate quand les intérêts de certains sont menacés. Au Trésor Public, Monique Mboulou, épouse du ministre Mboulou qui occupait le poste de 1er fondé refusait de faire valoir ses droits à la retraite et continuait de travailler au mépris de toutes les règles administratives. Le pays leur appartient et ils peuvent faire ce que bon leur semble.

Pour justifier ce refus de passer la main, elle se referait aux multiples risques pris par son époux lors des élections. Comme le pays est otage de l’effort de guerre de certains, d’autres mettent en avant les risques qu’ils prennent pour maintenir ce pouvoir.

Madame Mboulou a dit tout haut que son époux a fabriqué un recensement qui fait du nord plus peuplé que le sud. Que son époux a donné la victoire à plusieurs députés du PCT ayant perdu. Que son époux a au finish proclamé Denis Sassou Nguesso vainqueur de la présidentielle de mars 2016 au détriment du véritable vainqueur qu’était le général Mokoko.

Rappelons que depuis le général Jean Marie Michel Mokoko croupit en prison pour une accusation fallacieuse d’atteinte à la sûreté intérieure. On apprend que finalement Monique Mboulou a été contrainte de libérer son poste et de faire valoir ses droits à la retraite.

1 Comment

  • Ce que vous appelez révélations sont des choses connues de tous. Mr MBouka, avait fait quitter sa famille de Brazzaville avant d’aller nuitamment annoncer les résultats falsifiés. Avant ils sont allés en petit groupe dire à Sassou qu’il était battu par Moukoko, Sassou pris de colère, leur a dit, « … arrangez vous pour modifier ces résultats, surtout pas celui-là. Pensez à ce que je fais pour vous … ». Sassou ne pouvait jamais être élu au Congo, tout chez lui passe par la force et l’intimidation.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.