Nouvelle dynamique de la Chine pour des nouvelles opportunités de l’Afrique

 Nouvelle dynamique de la Chine pour des nouvelles opportunités de l’Afrique

Le gouvernement chinois vient d’inscrire, dans le cadre de son 14ème plan quinquennal (2021-2025), une nouvelle dynamique de développement qui s’appuie sur son rôle de pilier du circuit domestique et le renforcement mutuel des circuits national et international.

En pleine évolution aujourd’hui, le PIB de la Chine par habitant atteint plus de 10 000 dollars. Elle est arrivée à un stade où elle doit compter davantage sur l’innovation pour éviter le piège du revenu intermédiaire et réaliser la montée en gamme de son économie.

La nouvelle dynamique est aussi une réponse à un environnement international en pleine mutation à l’heure où l’économie mondiale n’est plus celle d’après la crise financière de 2008. La montée du populisme et du protectionnisme fragilise la mondialisation. À cela s’ajoutent les perturbations des chaînes industrielles et d’approvisionnement mondiales, exacerbées par la Covid-19. Pour un pays comme la Chine, il est important de renforcer sa résilience économique par le développement du circuit domestique.

Aussi, cette stratégie répond surtout au besoin inhérent du marché chinois, grand et prometteur où la consommation est devenue le principal moteur de la croissance du pays au cours des six dernières années, à mesure que la classe moyenne, forte de 400 millions de personnes, libère son pouvoir d’achat.

La Chine devrait devenir, cette année, le plus grand marché de détail au monde. Cette forte demande intérieure attire les capitaux et produits étrangers, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives pour l’interaction de la Chine avec le monde, qui, à son tour, dynamisera les activités économiques domestiques, d’où le renforcement mutuel des deux circuits.

Pour le gouvernement chinois, la nouvelle dynamique ne consiste aucunement à développer un circuit domestique fermé, mais à valoriser à la fois les circuits domestique et international, et à promouvoir une plus grande ouverture.

Un secteur financier plus ouvert

La troisième Exposition internationale d’importation de la Chine a scellé des accords de plus de 72 milliards de dollars. Le secteur financier est nettement plus ouvert après la suppression des restrictions à la participation des capitaux étrangers un an plus tôt que prévu.

Au moment où la Chine se projette dans l’avenir, l’Afrique accélère la mise en œuvre de son Agenda 2063 pour une Afrique forte et prospère. La récente session extraordinaire de la Conférence de l’UA a adopté une décision sur le démarrage des échanges commerciaux dans le cadre de la zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) qui est entrée en vigueur le 1er janvier 2021.

Jalon important dans le processus d’intégration du continent africain, la Zlecaf dans laquelle sera créé un vaste marché couvrant plus de 1,3 milliard de personnes et un PIB total de 2 500 milliards de dollars renforcera la coopération sino-africaine tout en apportant de nouvelles opportunités pour la construction d’une communauté d’avenir partagé encore plus solide Chine-Afrique dont le volume des échanges commerciaux en 2019 s’élevait à 208,7 milliards de dollars, soit vingt fois plus qu’en 2000.

Dans le cadre de sa coopération avec l’Afrique, la Chine souhaite favoriser des synergies avec la stratégie du développement en matière de libre-échange et d’intégration des chaînes industrielles et d’approvisionnement, et d’intensifier la coopération dans le cadre de l’Initiative « la Ceinture et la Route » afin d’aider l’Afrique à mieux profiter du marché chinois et à mieux s’intégrer dans le circuit économique international.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.