P/Noire 2021: une infirmière d’ A Sicé confesse avoir tué 86 malades et gagne 300.000 frs sur chaque cadavre

 P/Noire 2021: une infirmière d’ A Sicé confesse avoir tué 86 malades et gagne 300.000 frs sur chaque cadavre

Une confession qui fait froid aux yeux et qui provoque de la chair de poule mais qui semble avoir délivrée son auteure. Une infirmière exerçant à l’hôpital Adolphe Sicé de la capitale économique qui n’en pouvait plus s’est rendu chez un pasteur confesser ses péchés. Depuis le début de cette année 2021, elle aurait déjà à son actif 86 cadavres dans le cadre d’un accord qui la lie à la morgue de Pointe-Noire. Elle refuse de repartir à son lieu de service et vit dans l’église.

Cette infirmière confesse percevoir sur chaque malade tué la minable somme de 300.000 frs selon l’accord verbale et maléfique conclu avec la morgue municipale de Pointe-Noire. C’est aussi le même montant que perçoivent tous les médecins qui livrent un cadavre à la morgue.

Hantée depuis des semaines par les esprits des malades tués, cette infirmière qui répond aux abréviations PMT a jugé bon de trouver refuge dans une église et confesser ses péchés dans l’espoir d’obtenir le pardon du Seigneur. Elle n’en pouvait plus avec sa conscience

Selon elle, c’est un médecin supérieur qui lui aurait convaincu d’adhérer à leur groupe constitué de plusieurs agents de l’hôpital A Sicé, de la morgue municipale et de l’administration de la ville.

Elle révèle aussi d’un trafic d’organes dont les clients seraient principalement des Libanais et Nigérians vivant à Pointe-Noire. Depuis le début 2021, elle a tué selon son propre témoignage 86 personnes, généralement par l’injection d’une piqûre mortelle. Aussi ses collègues procèdent parfois par d’autres méthodes telles la prescription des médicaments inappropriés à la maladie et qui compliqueraient la santé du patient entraînant sa mort.

On assiste à Pointe-Noire ces jours-ci à une forte augmentation des cas de décès surtout à A Sicé qui est en réalité la plaque tournante de cette organisation criminelle. Se rendre dans un hôpital à Pointe-Noire n’est plus une assurance de guérison.

Cette infirmière fait l’objet des prières intenses des membres de l’église où elle a trouvé refuge bien que certains fidèles sont très remontés contre elle depuis son témoignage. Ses mains sont entachées du sang de 86 pauvres personnes qui ont cru sauver leurs vies en se rendant à l’hôpital A Sicé.

La rédaction

6 Comments

  • Tout se paye ici bas tôt ou tard, elle en aura pour son compte pour tous ses méfaits. La vie humaine est sacrée, il faut la respecter. Faire du commerce sur la vie des gens mais quelle idée effroyable.

  • Tristes Congolités!

  • Ça ne choque personne que ni la police ni la justice ne sont mentionnés dans cet article ????? En gros elle aurait tué 86 personnes et y’a toute une église qui prie pour elle au calme???

  • Tu iras au feu madame même si tu confesses tes péchés

  • Quel insouciance avec un salaire de base elle peut s’en sortir mais elle a préféré gagné au moyen du sang versé.
    Écourter la vie des autre ,ces âmes ont un créateur,le pardon oui possible devant Dieu mais le poid de ce crime retombera toujours sur cette femme le sang humain c’est pas la blague il cri et sonne fort plus qu’une armé

  • 300 000 par malade, pour une seule infirmière, j’imagine que ses supérieurs reçoivent plus,…. Alors, où la morgue trouve t elle ces sommes ? Peut être dans la vente des restes humains,… Mais alors, qui enterré t on ? les familles ne constatent rien sur les cadavres de leurs parents au moment de le laver/préparer ?… Au final, combien la morgue facture t’elle pour les obsèques, puisqu’elle doit trouver l’argent à payer aux membres du réseau de malfaiteurs…. Au regard des prix pratiqués pour les obsèques, environ 1 300 000 francs par cadavre, pour la morgue, le cercueil, le caveau, la pierre tombale et les divers… On est en droit de se demander d’où vient l’argent payé à cette femme, 300 mil, et aux autres ?… Ceux ont organiser des enterrements savent que la morgue, à Brazzaville et à PNR, ne prend pas plus de 250 000 par cadavre (conservation, traitement, divers…)…. Le reste allant dans des postes qu’elle ne contrôle pas toujours : chapiteau, cercueil, caveau….
    Enfin, au Congo, tout ce qui tombe dans les mains du public est sur les réseaux sociaux,…. Où cette église où l’infirmière a confessé ? Ya t il des photos de cette dame ? Les fidèles ne sont ils pas au courant ? Pourquoi ces fidèles ne diffusent-ils pas les images, audios et vidéos de la situation…. ?…
    Un bon journaliste doit s’intéresser à ces questions avant de publier son papier….

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.