P/Noire : Sassou a prouvé aux yeux de tous que le Congo est dirigé par un fou joyeux

 P/Noire : Sassou a prouvé aux yeux de tous que le Congo est dirigé par un fou joyeux

Obliger les populations à remplir un meeting pour l’apparence est une chose, mais scruter le contenu du message à véhiculer est une vertu propre aux hommes intègres. Le candidat du PCT, Denis Sassou Nguesso, qui a animé un meeting dans le cadre du lancement de sa campagne à Pointe-Noire, au rond point Lumumba, a prouvé à travers son discours à la face du monde qu’il vit dans un autre monde que le Congo actuel. Les personnes ayant encore toutes leurs capacités intellectuelles libres ont compris que le Congo est dirigé par un fou joyeux. De sa promesse de l’autosuffisance d’ici à l’an 2000 des années 80, Sassou s’en est souvenu encore en fustigeant les 700 milliards annuels que son gouvernement dépense dans l’importation des aliments. Un vrai fou !

Le chef du village ne voit jamais le diable sauf au Congo où l’Empereur se confond lui-même du diable. Dans un pays normal, un chef normal ne peut jamais se plaindre de ce dont lui-même à le pouvoir de réguler, à moins qu’il soit un fou. Le comble est que les soi-disants intellectuels assis à la tribune ont applaudi.

Après 40 ans au pouvoir Sassou s’étonne que le Congo importe de la nourriture

Plus de 700 milliards de francs CFA chaque année. Poulets, safou, oignons… On importe presque tout. Le président Denis Sassou N’Guesso qui est candidat à sa propre succession, après 40 ans de pouvoir cumulés, s’ est étonné des chiffres faramineux des importations liées à la nourriture.

La déclaration a été faite devant des milliers de partisans massés au rond-point Lumumba de Pointe-Noire, à l’occasion du lancement de sa campagne électorale le 5 mars dernier.

Le président sortant ne dit cependant pas qu’il s’agit de l’échec des politiques publiques en matière d’agriculture et d’élevage, ainsi que de grosses faiblesses voire la pagaille dans l’attribution des aides aux agriculteurs.

Les cas ne manquent pas. D’abord l’institutionnalisation d’un Fonds de soutien à l’agriculture de 4 milliards de francs CFA chaque année a pourtant été une bonne initiative, mais qui n’a pas profité aux ouvriers agricoles ou aux fermiers.

Malgré de sérieux soupçons de corruption, aucune autorité n’ a été inquiétée. Impunité totale ! Le deuxième cas est relatif à la création des villages agricoles. Une expérience qui ne s’est que limitée qu’au village de Nkouo dans le Pool, alors qu’elle était attendue dans tous les départements du Congo.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.