Paris : La veuve de Clément Mouamba abandonnée dans un hôtel impayé par le Congo

 Paris : La veuve  de Clément Mouamba abandonnée dans un hôtel impayé par le Congo

Arrivée du Congo dans la délégation familiale pour rapatrier la dépouille mortelle de son époux, décédé le 29 octobre 2021, la veuve Clément Mouamba vit une double douleur dans la capitale parisienne. L’hôtel où elle loge lui réclame des impayés depuis son installation. L’État Congolais ayant la charge n’aurait pas honoré à ses engagements. La famille a dû s’expliquer à la direction de l’hôpital et obtenu une grâce jusqu’à ce dimanche.

Les congo­lais de la dia­spora ainsi que de nom­breux of­fi­ciels ont rendu un der­nier hom­mage à l’an­cien pre­mier mi­nistre Clé­ment Mouamba ven­dredi, au fu­né­ra­rium de l’hô­pi­tal Saint Jo­seph et en l’église Saint-Do­mi­nique de Pa­ris, pré­lude à son ra­pa­trie­ment sur Braz­za­ville.

Fu­né­ra­rium de l’hô­pi­tal Saint Jo­seph de Pa­ris. En ce ven­dredi 21 jan­vier, le temps gris de l’hi­ver ac­com­pagne le la­mento des femmes éplo­rées, ainsi la gra­vité des hommes qui osent à peine conte­nir leur émo­tion, celle de cette dou­leur qui les étreint et se lit sur les vi­sages aux yeux em­bués.

Mo­ment de dou­leur et d’in­tense émo­tion qui pour les congo­lais de France, a été ce­lui de l’adieu à Clé­ment Mouamba, an­cien pre­mier mi­nistre de la Ré­pu­blique. Congo­lais de France ou ve­nus d’autres pays de l’Union eu­ro­péenne, voire cer­tains de pas­sage à Pa­ris, tous ont tenu à s’as­so­cier à ce deuil, dans la pure tra­di­tion congo­laise.

Pré­sence re­mar­quée de Ro­dolphe Adada, am­bas­sa­deur du Congo en France, aux co­tés du mi­nistre de la Com­mu­ni­ca­tion et des Mé­dias, Thierry Le­zin Moun­galla, mis­sionné par le gou­ver­ne­ment de la Ré­pu­blique, pour ra­me­ner la dé­pouille mor­telle du pre­mier mi­nistre Clé­ment Mouamba au Congo.

Ce cercle des of­fi­ciels s’est agrandi d’an­ciens mi­nistres de la Ré­pu­blique, comme Oua­bari Ma­rioti, Ri­go­bert Ma­boun­dou, He­bert Ka­koula, Bo­na­ven­ture Mbaya, ou autre Be­noît Kou­ké­béné, une es­pèce de haie d’hon­neur, pour l’hom­mage à Clé­ment Mouamba.

L’on y a éga­le­ment noté la pré­sence de Hervé Ma­hika, Jean Ma­rie Epouma, des fi­gures du mi­cro­cosme po­li­tique congo­lais ou en­core celle de Pas­cal Ga­massa, pré­sident du Co­mité d’hon­neur de l’Upads, comme pour rap­pe­ler cette va­leur fé­dé­ra­trice, qui en Clé­ment Moumba, sur­na­gera par delà la mort. Après l’hom­mage pa­ri­sien qui s’est pour­suivi en l’église Saint Do­mi­nique, la dé­pouille mor­telle du pre­mier mi­nistre Clé­ment Mouamba sera ra­pa­triée à Braz­za­ville le lundi 24 jan­vier.

Parmi les personnes touchées par cette disparition, figure sa veuve, arrivée du pays et qui est rongée dans son intérieur par les menaces de l’hôtel où elle est logée. Le Congo qui doit assumer toutes les dépenses liées au rapatriement de la dépouille mortelle de Clément Mouamba n’honore pas ses engagements. On parle de l’argent détourné par un officiel.

En dehors de l’hôtel où est logée la veuve Mouamba, l’État Congolais n’a toujours soldé la dette avec l’hôpital St Joseph ainsi que la salle louée par la famille pour la réception des invités. La famille soupçonne Thierry Moungalla et Rodolph Adada d’avoir détourné les 100 millions débloqués par l’État.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.