Pierre Ngolo : «Avec raison qu’on attribue nos malheurs au Diable, c’est le cas du peuple avec le PCT aujourd’hui»

 Pierre Ngolo : «Avec raison qu’on attribue nos malheurs au Diable, c’est le cas du peuple avec le PCT aujourd’hui»

C’est une manière ou une autre de reconnaître l’échec du PCT qui a pris en otage le pays depuis plus de 40 ans. Pierre Ngolo, président du Sénat et cadre influent du parti au pouvoir comprend que les Congolaise attribuent leurs malheurs à son mouvement politique qui dirige le pays et qui l’a conduit dans le gouffre totale.

A la question de savoir qui incarne le mal Congolais, tout citoyen n’ira pas par quatre chemins pour indexer le PCT et son leader Denis Sassou Nguesso. C’est le résultat d’une gestion opaque et chaotique de 40 ans qui a paupérisé le Congolais.

Si en public, ils tentent toujours de défendre leur gestion leur chef de file, en privé, ils ne se privent pas de reconnaître leur échec et surtout l’incapacité actuelle de Sassou Nguesso à diriger le Congo. Mais ils ne peuvent rien faire contre lui et assistent impuissant à la destruction du pays.

Le tribalisme a été érigé en arme pour diviser les Congolais pour mieux régner et les conséquences se font voir dans l’administration incapable se s’assumer dans l’effectivité. Aujourd’hui, les fonctionnaires du nord qui se croient tout permis sabotent même leur propre pouvoir par un rendement négatif, conscients de l’impunité dont ils jouissent.

Le clientélisme institué par le PCT est aussi l’une des causes majeures de la crise actuelle. Des personnes peu qualifiées ont été bombardées à des postes de responsabilité où elles brillent par une incompétence notoire. Le Congo est revenu s’agenouiller encore devant le FMI 10 ans après avoir obtenu le statut PPTE et l’effacement totale de sa dette.

61 ans après l’indépendance du pays, aucun hôpital digne de ce nom n’existe au pays, les populations sont encore confrontées aux problèmes d’eau, d’électricité, de l’emploi et vivent dans un environnement insalubre. L’école a été sabotée et cela se note dans la jeunesse qui a vu comment la dépravation des mœurs a été presque permise.

C’est avec raison que Pierre Ngolo, reconnaît la responsabilité de sa famille politique dans la situation actuelle du Congo. Un Mea culpa encore en privé





Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.