Cancel Preloader

Poto-Poto: à 77 ans, son fils le surprend entrain d’acheter Ankourou

 Poto-Poto: à 77 ans, son fils le surprend entrain d’acheter Ankourou

Âgé de 77 ans, un habitant de Poto Poto a été surpris par son propre fils chez un vendeur d’Ankourou dans la rue Bacongo. Dans cette parcelle où on vend aussi de la boisson locale «  Boganda », on remarque chaque jour la présence massive des jeunes et adultes à la recherche de ce aphrodisiaque. Les amis de ce jeune se sont évidemment moqués de lui, se demandant avec quelle « petite » son père utiliserait cet Ankourou ?

On lit souvent sur les réseaux sociaux que le souci premier des jeunes africains est de réfléchir comment durer sur une fille contrairement aux Européens qui priorisent leur devenir. Mais ce ne sont pas seulement des jeunes qui y pensent, aussi des adultes et vieillards qui ont un faible pour les jeunes filles dites «  Mbappé ».

Un jeune qui fréquentait un lieu de vente de Bonganda dans la rue Bacongo à Poto Poto dans le troisième arrondissement de Brazzaville a vu comment son père, âgé de 77 ans venait se procurer du fameux Ankourou. Cet aphrodisiaque est une sorte d’anesthésie qui retarde l’éjaculation permettant à l’homme à durer sur la femme.

« Même à 77 ans, ton père pense encore à torturer les femmes au risque de mourir d’un AVC ? » se sont interrogés les amis du jeune, visiblement abasourdi face au comportement de son papa.

Père de 8 enfants et marié, il est impensable pour tous que ce vieux applique l’Ankourou avec son épouse. Tout le monde y compris son propre fils sont convaincu qu’il gère une petite dehors qui lui exige des efforts au lit. «  Même Sassou qui est président utilise des aphrodisiaques et pourquoi pas moi ? » a répondu le vieux à l’indignation de son fils.



La rédaction

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *