Pourquoi des gens adhèrent au PCT ?

 Pourquoi des gens adhèrent au PCT ?

L’adhésion de certaines personnes au Parti Congolais du Travail ne s’appuie pas essentiellement sur la question de la défense et de la sauvegarde du tube digestif. Elle peut également s’expliquer sur trois raisons fondamentales.

D’abord, étant déçues, désespérées et dépassées par des conbines malsaines de certains de leurs leaders de l’opposition qu’elles accusent d’être au service du pouvoir, ces personnes, qui, jadis, avaient cru à la droiture morale et éthique de leurs leaders politiques, estiment, à tort ou à raison que la seule manière d’exprimer leur mécontentement, est de jeter leur dévolu sur le parti congolais du travail.

Ensuite, la seconde catégorie, est cette catégorie de personnes, laquelle, étant épuisée par manque de détermination politique et, fatiguée à combattre politiquement en vain le parti congolais du travail, ce, pendant plus d’une décennie, pense que l’issue la plus favorable et la plus idéale devant permettre la destruction de leurs adversaires politiques c’est d’être proche d’eux: Faire leurs adhésions au PCT afin de bien contrôler et connaître les secrets de leurs adversaires politiques.

Enfin, la troisième catégorie est cette catégorie d’hommes politiques sans épaisseur psychologique, laquelle, estime que peu importe la montée spectaculaire des iniquités sociales, la mauvaise gestion de la chose publique accompagnée de la gestion clanique de l’appareil de l’État, elle préfère adhérer au PCT pour être des ustensiles de cuisine de Denis SASSOU NGUESSO afin de sauvegarder leurs tubes digestifs. De l’avis de ces personnes, la mascarade électorale étant encore un sujet pendant, la démocratie tant vantée et prônée étant toujours un luxe conceptuel tout comme le contexte politique actuel hanté de terreur et de psychose, ne leur permet pas de s’opposer à Denis SASSOU NGUESSO. Du coup, l’unique recours est de se diluer au sein du parti congolais du travail.

@Celmond Koumba

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.