Pourquoi tous les petits fils, oncles, cousins de Sassou perçoivent un salaire de la SNPC ?

 Pourquoi tous les petits fils, oncles, cousins de Sassou  perçoivent un salaire de la SNPC ?

Au lendemain de son coup d’État du 5 juin 1997, Denis Sassou Nguesso et son cartel en sabrant du champagne ne cessaient de parler du pétrole. « On a enfin repris le contrôle de l’or noir ! » se félicitait sa bande sur les cadavres de milliers des Congolais. A ce jour, on apprend que tous les petits-fils, cousins, oncles, tantes du chef de l’État perçoivent un salaire de la SNPC sans en être employés. Le pétrole du Kouilou est la survie de cette famille d’Edou qui a fait sombrer le pays depuis la chute du prix du baril.

Après plus de 32 ans au pouvoir, Denis Sassou Nguesso continue toujours de baser tous ses espoirs sur le pétrole. Et à chaque fois que les cours de cette denrée baissent, le Congo sombre dans la misère. Un homme qui ne vit que du pétrole pour ses propres intérêts et qui n’hésite pas à le brader au meilleur offrant.

Ses promesses de diversification de l’économie ne sont que des chimères et balivernes pour cacher son échec et sa mauvaise gestion des revenus pétroliers. Le pétrole, il en a fait une affaire de famille et on peut voir comment la ville qui le lui offre ressemble à un gros village par rapport à son Oyo qui n’apporte rien à la république en dehors des prédateurs.

Denis Sassou Nguesso, qui ne gère pas ses nombreux enfants a instauré une sorte de rétribution familiale accrochée à la SNPC que dirige son clan. Raoul Ominga son actuel directeur général puise directement dans les caisses de cette société pour alimenter son équipe de football As Otoho au vu et su de tous.

C’est le même Ominga qui a la charge de veiller chaque mois que à ce que tous les membres de la famille perçoivent leur traitement comme employés fictifs de la SNPC. Le plus triste est de constater que même les bébés Nguesso ont un salaire de cette structure de 500.000fcfa minimum alors que la majorité des Congolais vit dans la précarité.

Les études des petits-fils et leurs soins à l’étranger sont directement débités dans le compte de la SNPC. Mais malgré cela, on les voit encore dans les magouilles à l’instar de Gildas Ambendet ou Jean Yves Sassou Nguesso.

Le pétrole du Kouilou est finalement une malédiction pour ses propres enfants et un bonheur pour ceux d’Oyo du clan Sassou Nguesso.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.