Quelle politique sportive dans le secteur de l’enseignement?

 Quelle politique sportive dans le secteur de  l’enseignement?

Le Kenya qui vient de se distinguer comme premier pays africain aux jeux olympiques de Tokyo 2021, a mis en place une réelle politique de l’éducation physique et sportive dans les écoles où sont détectés de jeunes talents. Il n’en est rien au Congo. L’expérience de la  » démocratisation du sport » initiée par Gabriel Oba Apounou ou de la relance des VRAIS jeux de l’Onsu visant à détecter de jeunes talents, lors du passage de Jean-Claude Nganga à la tête du département des sports, dans les années 80, ont produit quelques fruits qui se sont, malheureusement, vite etiolés faute de suivi. Et puis, plus rien. Que fait donc le ministère des sports de ses attributions en matière de promotion des sports dans le secteur l’enseignement?

Au regard des attributions dévolues au ministère des sports et de l’éducation physique, notamment en son article premier, qui porte sur « la jeunesse et des sports « (voir fac fac-similé ci-dessous), Hugues Ngouelondélé, le patron des sports au Congo, doit, de concert avec Emmanuel née Delphine Édith Adouki, ministre de l’enseignement Supérieur, Jean-Luc Mouthou, ministre du préscolaire, primaire, secondaire et de l’alphabétisation; et Thierry Ghislain Maguessa Ébome, son collègue de l’enseignement technique et professionnel, définir la politique des sports scolaires.

Sur quels disciplines sportives les formateurs doivent-ils mettre l’accent dans leurs cours d’éducation physique? Comment seront pédagogiquement évalués les maîtres et professeurs d’éducation physique? Les rapports de détection et de suivi de jeunes talents existent-ils? Le ministère des sports joue t-il pleinement son rôle de catalyseur pour faire éclore des talents dans des disciplines comme le handball, athlétisme et football…?Une autre question, à quoi sert réellement l’enchaînement pratiqué à l’épreuve de gymnastique aux examens de brevet et baccalauréat ? Le Congo peut-il miser sur une telle discipline pour faire prospérer de jeunes talents, à même de gagner une médaille en compétition africaine?

Autant de questions qui devraient réveiller Hugues Ngouelondélé de son léger sommeil afin de marquer son passage à la tête du ministère des sports. C’est de cette manière qu’est conduite la politique sportive au Kenya, avec un accent particulier sur l’athlétisme, notamment dans les courses de fond et demi demi-fond.

Alphonse Ndongo

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.