Réforme comptable : une session spéciale pour évaluer le patrimoine de l’Etat

 Réforme comptable : une session spéciale pour évaluer le patrimoine de l’Etat

Le Comité du bilan d’ouverture de l’Etat, structure sous tutelle du ministère du Budget, des Comptes publics et du Portefeuille public, a tenu le 14 octobre à Brazzaville sa réunion introductive consacrée à l’évaluation des actifs et passifs de l’Etat, conformément à la nouvelle règlementation comptable.

Le bilan d’ouverture de l’Etat, a expliqué le directeur général des comptes publics et du patrimoine, Saturnin Ipodo Nzingou, est une photographie de l’ensemble des actifs et passifs que possède l’Etat à un moment donné, notamment au 31 décembre de chaque année.

La réunion technique présidée par le directeur de cabinet du ministre de tutelle, Sylvain Lékaka, a permis au comité d’ouverture de faire la description exhaustive du patrimoine matériel et immatériel de l’Etat.

L’opération se fait avec les ministères de l’Economie forestière, de la Réforme foncière et du Domaine public, de l’Economie et des Finances, du Budget et des Comptes publics et du Portefeuille public, de la Coopération internationale et du Partenariat public-privé. Elle sera appuyée par la Cour des comptes et de discipline budgétaire.

L’objectif de cette approche est de permettre à l’administration centrale de connaître de quoi le patrimoine de l’Etat est constitué, notamment des richesses naturelles qu’il regorgeIl s’agit, entre autres, de réserves de terres, de pétrole, de gaz, de mines solides, des stocks électromagnétiques ainsi que les participations de l’Etat dans les entreprises publiques et privées.

« Le patrimoine de l’Etat comprend les biens, les droits et les dettes. Il est constitué des biens matériel et immatériel qui sont gérés par plusieurs mandataires, notamment des ministères qui font partie du comité du bilan d’ouverture. La session de ce matin a permis de faire la description de tous les biens de l’Etat ainsi que ses engagements, en vue de connaitre  ce que dispose l’Etat et à qui il doit », a expliqué Saturnin Ipodo Nzingou.

La session introductive du bilan d’ouverture de l’Etat s’inscrit dans le cadre des préparatifs du passage dès le 1er janvier 2024 de la comptabilité de caisse à celle de droit constaté et patrimonial. Une réforme importante visant la meilleure gestion des fonds publics.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *